Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage

Cancer colorectal: le test Hemoccult en sursis pour un an

Alors qu'un test deux fois plus efficace est déjà disponible, le mois de mobilisation nationale contre le cancer colorectal reposera cette année encore sur le test Hemoccult. Au grand dam des spécialistes.

Cancer colorectal: le test Hemoccult en sursis pour un an 20 MINUTES/SIPA

  • Publié 26.02.2013 à 19h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Le 1er mars 2012, en lançant la campagne annuelle de dépistage du cancer colorectal, la secrétaire d’état à la santé d’alors, Nora Berra, avait annoncé qu’un nouveau test de recherche de sang dans les selles serait opérationnel pour la campagne de mars 2013. Fausse alerte, ce ne sera finalement que pour 2014.

Or ce test immunologique est très attendu par les spécialistes car il est deux fois plus efficace que l’actuel test Hemoccult pour détecter les lésions potentiellement cancéreuses. « Un quart des diagnostics de cancers colorectaux sont faits en situation métastatique. La prise en charge de ces cancers si avancés est beaucoup plus délicate et le pronostic beaucoup moins bon », explique le Pr Emmanuel Mitry, cancérologue digestif à l’Institut Curie à Paris. En attente d’une modification du test depuis 2011, les gastro-entérologues dénoncent des tergiversations sans fin des pouvoirs publics, au détriment des Français.


Ecoutez le Pr Jean Faivre
, gastro-entérologue au CHU de Dijon : « C’est inadmissible de continuer avec Hemoccult alors qu’on a le test pour dépister 80% des cancers avant les symptômes ! »



Du côté de l’Institut national du cancer (Inca), en charge des campagnes de dépistage, on plaide les difficultés d’organisation pour un système à si grande échelle. 17 millions de Français, hommes et femmes, âgés de 50 à 74 ans sont concernés par ce dépistage, basé tous les 2 ans sur la recherche de sang dans les selles et sur la réalisation d’une coloscopie en cas d’Hemoccult positif.


Ecoutez le Dr Jérôme Viguier
, gastro-entérologue au CHU de Tours et responsable du dépistage à l’Inca : «Hemoccult vit ses derniers mois, l’objectif est de changer de test début 2014. » 



L’enjeu de ce changement de test est de rendre le dépistage plus efficient pour chacun mais aussi à l’échelle de la population. Pour le moment, seuls 32% des Français concernés participent au dépistage du cancer colorectal. Certains freins sont bien identifiés.
D’abord, les hommes participent globalement moins aux tests de dépistage que les femmes. Mais surtout les modalités de ce test nécessitant la manipulation des selles réduisent considérablement la participation. Abandonner Hemoccult pour le futur test immunologique ne résoudra pas complètement cette difficulté mais il n’y aura plus qu’un seul prélèvement nécessaire contre six actuellement. « Des tests sanguins sont à l’étude pour éviter tout contact avec les selles. Mais ils ne sont pour le moment pas assez au point pour contribuer au dépistage », précise le Pr Jean Faivre.


La participation au dépistage dépasse toutefois 50% dans certains départements comme la Côte d’Or et la Saône et Loire. L’investissement des médecins généralistes est un facteur clé. « Lorsque le test est proposé au patient par son médecin généraliste, il le fait dans 90% des cas. Son conseil a beaucoup de poids », insiste le Pr Faivre. En revanche, même si ils ont participé au dépistage, les Français n’ont globalement pas compris ou du moins retenu son protocole, comme en témoigne une étude récemment menée par l’observatoire des dépistages de cancers Edifice. « Seuls 8% des personnes interrogées savaient qu’en cas de test positif, il faut faire une coloscopie et qu’en cas de test négatif, il faut le renouveler au bout de 2 ans », indique le Dr Jérôme Viguier. Mais à la différence de certains de ses confrères, il refuse d’y voir un déficit d’information autour du dépistage.


Ecoutez le Dr Jérôme Viguier
, gastro-entérologue au CHU de Tours et responsable du dépistage à l’Inca : «Les Français ne retiennent pas ces messages qui impliquent de se projeter dans le temps et d’avoir une culture du dépistage. »



Même s’il est aujourd’hui décrié par les spécialistes et peu apprécié des Français, Hemoccult reste, pour cette année encore, au centre de la campagne de dépistage que s’apprête à lancer l’Institut national du cancer cette semaine. Et le Dr Viguier de rappeler que faire ce test permet à chacun de réduire son propre risque de mourir d’un cancer colorectal de 33%. Les gastro-entérologues et les pouvoirs publics sont au moins d’accord sur une chose : avec 18 000 décès par an, ne rien faire en attendant le changement du dépistage n’est évidemment pas la solution.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité