Publicité

QUESTION D'ACTU

Avant trois ans

Les écrans associés à des retards de langage

Pour chaque demi-heure que passe un petit enfant devant un écran, le risque de retard de langage  augmente de 49 %. 

Les écrans associés à des retards de langage triocean2011/epictura

  • Publié 08.05.2017 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Smartphone de maman, tablette de papa, télévision… Dès le plus jeune âge, les écrans rythment le quotidien. Une exposition qui inquiète les pédiatres. Et pour cause : ces appareils retarderaient l’apprentissage du langage, révèle une étude présentée au congrès de l’Académie de pédiatrie.

En France, des enquêtes menées par l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) ont montré que près de la moitié des enfants de moins de 3 ans les utilise 30 minutes par jour, dont un tiers sans la présence d’un adulte. Un âge auquel les jeux traditionnels, les livres et l’interaction avec l’environnement doivent être privilégiés pour aider l’enfant à construire ses repères spatiaux et temporels, mais aussi ces premiers mots.

Or, comme le confirme l’étude canadienne, plus les petits passent du temps devant des écrans, plus ils acquièrent le langage tardivement. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs de l’université de Toronto ont suivi 894 binômes parent-enfant entre 2011 et 2015. Les petits étaient âgés de 6 mois à deux ans au moment de l’étude.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Pas d'écran avant 3 ans 

A 18 mois, 20 % de ces enfants passaient près de 30 minutes par jour devant un écran. Une période de passivité beaucoup trop longue pour des enfants encore en couche-culotte. Les chercheurs ont en effet montré que pour chaque demi-heure passée devant un écran, le risque de retard de langage augmente de 49 %.

Pour Catherine Birken, responsable des travaux et pédiatre à l’hôpital des enfants malades de Toronto, ces résultats justifient les nouvelles recommandations américaines sur l’usage des smartphones ou tablettes par les enfants. L’Académie de pédiatrie a notamment incité les fabricants d’applications à intégrer beaucoup plus d’interactivité dans leurs jeux afin de ne pas laisser l’enfant passif.

Tout comme l’AFPA, la Société savante recommande bien évidemment de limiter leur utilisation. Avant 3 ans, tous ces objets devraient être des grands inconnus pour nos petites têtes blondes, ou être utilisés à petites doses. Les parents sont aussi invités à montrer l’exemple et à décoller leur nez de leur smartphone.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité