Publicité

QUESTION D'ACTU

Congrès Francophone d’Allergologie

Allergies : l'éducation thérapeutique limite les complications

ENTRETIEN – Faire du patient un acteur de sa prise en charge, c'est l'objectif de l'éducation thérapeutique. Elle permet de limiter les cas graves de réaction allergique.

Allergies : l'éducation thérapeutique limite les complications AV/Pourquoidocteur

  • Publié 26.04.2017 à 15h14
  • |
  • |
  • |
  • |


Après les rhinites allergiques, c’est au tour des allergies alimentaires de présenter une véritable explosion. Elles représentent aujourd’hui 7 à 8 % des réactions allergiques connues. Mais cela pourrait progresser, avertissent les allergologues, réunis en congrès à la Porte Maillot (Paris) du 25 au 28 avril. De nouvelles formes d’allergies, avec des manifestations peu courantes, sont de plus en plus souvent diagnostiquées en cabinet.

Les symptômes touchent de nombreux organes et peuvent être graves. Entre 2002 et 2016, 15 décès par choc anaphylactique ont été déclarés. Sur la même période, 1 789 cas d’anaphylaxie sévère ont été signalés. L’allergie alimentaire en est la cause principale.

En l’absence d’immunothérapie efficace, savoir prendre en main sa maladie est donc essentiel. C’est tout le rôle de l’éducation thérapeutique du patient (ETP), qui reste encore peu développée. Elle permet pourtant de réduire les complications. Explications avec le Dr Françoise Le Pabic, pneumopédiatre allergologue à Lorient (Morbihan). Elle coordonne le Groupe de Réflexion en Education Thérapeutique chez l’enfant allergique (GRETA).

Comment l’éducation thérapeutique s’organise-t-elle ?

Dr Françoise Le Pabic : Elle peut être formalisée par des sessions collectives qui associent les parents et les enfants. Mais quand l’enfant est tout petit, il ne peut pas être éduqué de la même manière. On lui apprend à refuser un aliment inconnu ou interdit en toute circonstance et, deuxièmement, d’avoir un adulte référent, à qui il demande s’il peut consommer un aliment inconnu. Dans un deuxième temps, on enseigne les objectifs de sécurité aux enfants : respecter les évictions en toutes circonstances, savoir reconnaître les signes d’allergie et leur gravité, adapter le traitement en fonction des signes et savoir utiliser l’adrénaline.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Est-ce que certaines pratiques se démarquent ?

Dr Françoise Le Pabic Jusqu’à présent, il y avait essentiellement de l’éducation thérapeutique collective. C’est quelque chose de très chronophage, qui n’est pas reconnu sur le plan financier sauf si on dépose un dossier auprès de l’Agence Régionale de Santé. Cela s’adresse à un pourcentage faible de patients. Actuellement, ce qui est important, c’est de considérer que l’éducation thérapeutique doit être intégrée à la consultation médicale. Quand on voit un enfant allergique en consultation, il ne devrait pas sortir du cabinet sans avoir appris à lire les étiquettes et le maniement du stylo d’adrénaline.

Quels résultats permet une éducation thérapeutique bien réalisée ?

Dr Françoise Le Pabic : L’éducation thérapeutique est vitale chez l’enfant allergique alimentaire. Seule l’éviction de l’aliment responsable permet d’éviter une réaction potentiellement grave, voire fatale. On fait correctement cette éviction à partir du moment où on sait lire les étiquettes et consulter les menus. Une modification de la réglementation permet à tous les enfants et leurs parents de consulter les menus proposés à l’école. Ils pourront donc être partie prenante de la prise en charge et voir leur qualité de vie s’améliorer. Cela évite des plateaux repas alors que l’enfant pourrait manger à la cantine avec un repas adapté.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité