Publicité

QUESTION D'ACTU

Organisation mondiale de la Santé

Maladies tropicales négligées : des progrès considérables

Au cours des 10 dernières années, des progrès sans précédent ont été réalisés pour faire reculer les maladies tropicales négligées. Mais il y a encore beaucoup à faire, rappelle l'OMS. 

Maladies tropicales négligées : des progrès considérables RTI Fights NTDs/Flickr

  • Publié 19.04.2017 à 14h24
  • |
  • |
  • |
  • |


Cécité des rivières, lèpre, filariose lymphatique… Les maladies tropicales négligées défigurent, aveuglent et affaiblissent des millions de personnes chaque année dans les zones les plus reculées du globe ou les bidonvilles. Mais depuis 2007, le poids de ces pathologies graves ne cesse de reculer, s’est réjouie l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« L’OMS a observé des progrès records pour faire plier d’anciens fléaux comme la maladie du sommeil ou l’éléphantiasis, a déclaré le Dr Margaret Chan, directrice général de l’OMS. Ces 10 dernières années, des millions de personnes ont échappé au handicap et à la pauvreté, grâce à l’un des partenariats mondiaux les plus efficaces de la santé publique moderne ».

Selon le dernier rapport de l’agence onusienne, un milliard de personnes ont pu bénéficier d’un traitement préventif pour au moins une maladie tropicalerien qu’en 2015. Résultat : le nombre de cas de dracunculose, plus connue sous le nom de maladie du ver de Guinée, n’a jamais été aussi bas. Seulement 25 personnes ont été contaminées l’an dernier en Ethiopie, au Soudan et au Tchad contre 3,5 millions dans les années 1980, « ce qui met l’éradication de cette maladie à notre portée », souligne l’OMS. De même, la prévalence de la maladie du sommeil transmise par la mouche tsé-tsé a drastiquement baissé au cours de ces deux dernières décennies.

 Améliorer l'accès à l'eau potable

Les dons de médicaments et l’amélioration des conditions de vie ont également permis de faire reculer la leishmaniose viscérale, une maladie parasitaire mortelle sans traitements, dans de nombreux districts d’Inde, du Bangladesh et du Népal. Mieux, la région des Amériques a quasiment éliminé la rage en 2015.

Des succès que l’OMS entend bien poursuivre dans les années à venir. Pour y arriver, des progrès considérables en matière d’eau et d’assainissement seront indispensables. Un rapport de l’OMS paru la semaine dernière a notamment rappelé que 2,4 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à des des toilettes ou des latrines, et autant de personnes consomment de l’eau souillée par des matières fécales.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité