Publicité

QUESTION D'ACTU

Pâtisseries, biscuits, chocolats...

Alixe Bornon : "Le diabétique peut redevenir gourmand"

Une jeune entrepreneuse française s'est fixée comme objectif de rendre aux patients diabétiques le droit de s'offrir des instants gourmands, sans culpabilité.

Alixe Bornon : \ Les Belles Envies

  • Publié 28.03.2017 à 07h38
  • |
  • Mise à jour le 28.03.2017 à 07h39
  • |
  • |
  • |


Pas de gâteaux, pas de chocolats, pas de biscuits… Voilà, entre autres, les recommandations qu’Alixe Bornon a reçues lorsqu’elle a appris qu’elle était atteinte d’un diabète de type 1. Elle avait 13 ans. Ce lundi, elle met la touche finale aux mignardises qu’elle apportera au congrès de la Société francophone du diabète, qui ouvre ses portes le 28 mars, à Lille.
Alixe est la créatrice des Belles Envies, une pâtisserie-chocolaterie où tout est pensé pour les patients diabétiques. Finies les frustrations, la gourmandise reprend ses droits.

Lâcher prise

C’est un peu une revanche pour cette jeune femme, « née dans une famille où on aime bien manger », comme elle le souligne. Privée de dessert, et de toutes les douceurs sucrées qu’elle affectionnait à l’annonce de son diabète, elle n’a plus touché un aliment sucré pendant 5 ans.
« Beaucoup de médecins prônent l’abstinence parce qu’ils pensent que c’est plus sûr, plus simple à gérer pour le patient, explique-t-elle. Mais c’est une source de frustration énorme ! »

Difficile en effet de se cantonner au fromage blanc-aspartame quand son péché mignon est la glace-chantilly. « Avec le temps, les diabétiques apprennent à gérer leur alimentation, et en théorie, il serait possible de manger de tout. Tout est question de quantité, de cuisson, de combinaison d’aliments. »

Pas toujours facile cependant de jongler avec tous ces paramètres pour se faire plaisir sans risquer de voir sa glycémie grimper brutalement. « Manger est un plaisir pour la plupart des gens. Pour nous, c’est un moyen d’ajuster notre taux de glucose sanguin. La notion de plaisir disparaît ; il n’est plus possible d’être dans le lâcher prise », confie Alixe.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

La jeune femme, titulaire d’un master de droit et employée dans un cabinet de recrutement, décide de tout lâcher pour développer des pâtisseries « belles, bonnes et goûteuses », que les diabétiques pourraient manger sans mauvaise conscience.

Elle commence par suivre une formation dans une école de pâtisserie. « C’est là que j’ai compris que c’est avant tout de la chimie, et qu’il y a des règles à respecter pour obtenir un produit satisfaisant à tous points de vue ».

Index glycémique contrôlé

Elle s’associe en parallèle avec le Dr Jean-Michel Borys. « J’avais besoin d’une caution scientifique, je voulais que tout soit développé de manière sûre pour les clients ». Le diabétologue, qui reçoit à longueur de journée des patients frustrés, est conquis par l’idée. C’est le chef Louis Taine, compagnon pâtissier-chocolatier, qui vient compléter l’équipe.

Eclairs au chocolat, tartes aux fruits rouges, sablés, ganaches : en remplaçant le sucre classique par celui issu de la fleur de coco, le trio parvient à mettre au point des produits à faibles index glycémiques, qui satisfont les papilles tout en ne faisant pas grimper la glycémie brutalement.

 

Ecoutez...
Alixe Bornon, créatrice des Belles Envies : « Quand on dit sans quelque chose, c'est que forcément, c'est pas bon (...). Aujourd'hui, on est arrivé à une adéquation... »

« Ma plus belle récompense est de voir le plaisir des clients. Certains viennent de très loin ; une famille est venue de La Réunion, raconte un peu émue, la jeune femme. Le soir, je me couche en me disant que, grâce à mes pâtisseries, je fais un peu de bien à ces gens ».
Après l’inauguration, en février 2016, d’une première boutique dans le 5e arrondissement de Paris, une seconde ouvrira bientôt ses portes dans le 17e. Et pour ceux qui habitent loin de la capitale, chocolats et biscuits sont désormais disponibles en ligne.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité