Publicité

QUESTION D'ACTU

Test antidrogue, torture...

Santé : les décisions les plus contestées de Donald Trump

A quelques jours de l'examen de la réforme de l'Obamacare, Pourquoi Docteur revient sur les "objets sanitaires non identifiés" de la politique de Trump. 

Santé : les décisions les plus contestées de Donald Trump Shutterstock/SIPA

  • Publié 22.03.2017 à 17h48
  • |
  • |
  • |
  • |


En matière de santé publique, certaines décisions émanant de la nouvelle administration américaine peuvent laisser perplexe. Il en va ainsi de la volonté affichée par Donald Trump de supprimer l’ « Obamacare », qui fournit une couverture médicale à 24 millions de citoyens. On peut encore citer la fin des subventions fédérales aux ONG pratiquant l'IVG, ou le déni assumé par le président et ses proches vis à vis des conséquences sanitaires du dérèglement climatique et des problématiques environnementales.

Sur le plan de la santé individuelle, ou de celle des minorités, l’étonnement reste intact. Pourquoi Docteur revient sur trois décisions sanitaires très contestées émanant de l’administration Trump depuis son arrivée au pouvoir, le 20 janvier dernier.

Pas d'allocation pour les drogués

Vous voulez votre smic ? Urinez dans cette fiole. Le Sénat vient d’adopter une loi du ministère de Travail permettant de systématiser les tests antidrogues sur les personnes au chômage. Qui voudra percevoir l’aide gouvernementale devra d’abord se soumettre à un dépistage urinaire de substances illégales.

A la décharge du nouveau gouvernement, c’est Barack Obama qui avait instauré ces tests avant lui, mais dans un cadre très strict. Ils étaient réservés aux chômeurs dont l’ancien emploi exigeait déjà de passer des tests de dépistage à l’embauche, et conditionnaient une aide fédérale spécifique à cette catégorie de travailleurs et de chômeurs.

Le nouveau texte fait exploser ce cadre et vise désormais toutes les personnes sans emploi. Il s’appliquerait en particulier à une prestation sociale versée dans les six premiers mois suivant une rupture de contrat. Dans une lettre ouverte, des associations de défenses des droits civiques et de l’addictologie ont tenté de dissuader les autorités, mettant en avant le risque de stigmatisation et de précarisation de cette minorité, ainsi que le coût faramineux d’une telle mesure. En vain... Le texte est désormais à la Maison Blanche et sera signé par Donald Trump dans les prochains jours.


Privés de repas

L’administration Trump s’est aussi lancée en croisade contre les pauvres qui perçoivent les aides fédérales. Après les chômeurs : les enfants. Le ministre du Budget a annoncé la suppression d’un programme d’aide aux élèves les plus démunis. L’enveloppe permet de financer des cours de soutien scolaire mais aussi des repas à coût réduit pour ces enfants qui, pour la plupart, ne mangent qu'une fois par jour, grâce à ce programme.

Mais le gouvernement américain n’est pas du genre larmoyant. Ces programmes « sont censés aider les enfants qui n'ont pas à manger à la maison à être nourris pour pouvoir progresser à l'école. Et bien, devinez quoi ? Il n'y a aucune preuve concrète qu'ils le fassent », a balayé le ministre du Budget. Plus d’un million d’enfants ont bénéficié de ces aides l’année dernière ; leur suppression ferait économiser un milliard de dollars, selon les calculs du ministère, qui prévoit également de rogner les fonds publics destinés à la distribution de repas… aux personnes âgées précaires.

Ces prisonniers qu'il faut torturer

Et Donald Trump ne compte pas s' arrêter là. Car après les pauvres et les chômeurs, il est une autre catégorie de personnes que le Président ne porte pas particulièrement dans son cœur : les prisonniers, a fortiori quand ils logent à Guantanamo. Non seulement l'établissement ne sera pas fermé, a-t-il prévenu, mais les sévices corporels pourraient y devenir systématiques et officiellement assumés.

Ainsi, le nouveau locataire de la Maison Blanche a dit tout le bien qu'il pensait de la torture, et notamment de la technique dite du waterboarding, qui consiste à plonger plus ou moins longtemps la tête d'un prisonnier dans l'eau afin de lui extirper des aveux, une méthode pratiquée sous l'administration Bush mais en théorie bannie par son successeur.

« Un peu que je le suis ! [en faveur du waterboarding] Sans la moindre hésitation. J'irai même au-delà. Cela marche », a ainsi scandé le président des Etats-Unis, qui a explicité la formule lors d'une interview à la chaîne ABC. « Quand l'Etat islamique fait des choses que personne n'a faites depuis le Moyen-Age, est-ce que je peux m'opposer à la simulation de noyade ? Il faut combattre le feu par le feu (…). Je pense que la simulation de noyade, c'est de la gnognotte par rapport à ce qu'ils nous font subir ».

Après son élection, Donald Trump a donc annoncé le retour du waterboarding dans les geôles de Guantanamo, mais le ministère de la Défense, à l’image des armées et de nombreux décideurs des pays développés, s’est montré fort réticent. La décision lui reviendra, a finalement précisé Trump.

Dans un point presse tenu au début du mois de mars, le rapporteur à l’ONU chargé des questions de droits de l’homme et de lutte antiterroriste s’est ému des propos du président, qui ont « établi un précédent ». « C'est la première fois qu'un chef d'Etat démocratiquement élu défend la torture », a-t-il souligné. Pour Ben Emmerson, « la déclaration [de Donald Trump] , peu importe si elle est appliquée ou pas, porte atteinte à l'interdiction internationale de la torture et augmente le risque que des suspects soient torturés ». Ces quatre ans risquent d'être longs...

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité