Publicité

QUESTION D'ACTU

Développée aux Etats-Unis

Zika : une application smartphone permet un diagnostic rapide

Des chercheurs américains sont parvenus à tirer parti de l'appareil photo d'un iPhone pour transformer le téléphone en outil de diagnostic.

Zika : une application smartphone permet un diagnostic rapide PongMoji/epictura

  • Publié 21.03.2017 à 17h43
  • |
  • |
  • |
  • |


Le smartphone est devenu bien plus qu’un téléphone, c’est un fait. Photographie, prise de note ou encore jeux… les utilisations sont multiples. Il était donc logique que la médecine en tire parti. Aux Etats-Unis, les laboratoires Sandia ont transformé le téléphone en dispositif diagnostique. Grâce à un appareil greffé à la lentille photo, il est possible de diagnostiquer une infection par le virus Zika, d’après une étude parue dans Scientific Reports.

Chauffer et refroidir

Le principal argument en faveur du dispositif, c’est son prix, d’environ 100 dollars. « En plus de créer une application qui sert d’interface pour utiliser le dispositif, nous avons pu adapter l’appareil photo du smartphone pour y placer des outils d’analyse en laboratoire, ce qui nous offre une mobilité jamais atteinte », explique Aashish Priye, qui a développé l’engin.

Le dispositif simplifie les analyses réalisées d’habitude en laboratoire. Il s’appuie sur l’amplification thermique en chauffant et refroidissant l’échantillon brut, plutôt que d’en extraire l’ADN et l’ARN. Pour cela, il utilise la batterie du smartphone. Côté algorithme, les chercheurs ont transformé les capteurs du smartphone en fluorimètre. Cette méthode de dosage mesure la fluorescence de certaines molécules, proportionnelle à la concentration de virus dans l’échantillon.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un virus menaçant

Après une demi-heure d'activation thermique, le smartphone photographie le résultat, en analyse la couleur et l’éclat renvoyé. C’est alors que le diagnostic peut être établi. Simple, mais efficace. Nul besoin de détenir le dernier iPhone pour installer cet algorithme. « Il existe des milliards de smartphones dans le monde, même dans les pays en développement, et cet outil ne nécessite pas le modèle le plus récent sur le marché, signale Aashish Priye. Il faut seulement un capteur optique et la possibilité d’installer l’application. »

L’arrivée d’un outil de discrimination rapide serait aussi utile pour faire le tri entre les différentes infections transmises par le moustique. Car en Amérique latine, où Zika a largement circulé, d’autres virus similaires co-existent : la dengue et le chikungunya.

Etablir la différence est d’autant plus difficile que les symptômes sont sensiblement les mêmes : fièvre, douleurs musculaires, maux de tête. A une nuance près, le virus Zika est à l’origine d’anomalies fœtales graves (microcéphalie, troubles neurologiques…) et ne provoque pas de symptômes dans une majorité de cas.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité