Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur des jumeaux monozygotes

Infections : la privation de sommeil nuit au système immunitaire

Des chercheurs de l'université de Washington ont constaté que la privation chronique du sommeil réduit les défenses immunitaires. Une étude menée sur des jumeaux. 

Infections : la privation de sommeil nuit au système immunitaire focuspocusltd/epictura

  • Publié 29.01.2017 à 17h22
  • |
  • |
  • |
  • |


Les nuits courtes doublent le risque d'accident au volant, elles nuisent aussi à votre coeur ou favorisent la prise de poids. A cette liste déjà bien longue s'ajoutent ce dimanche de nouveaux méfaits du manque de sommeil. Gastro-entérite, grippe, si vous avez succombé à ces virus cet hiver c'est peut-être encore la faute de Morphée.
 
C'est en tout cas ce que montre une étude de l'université de Washington (États-Unis) menée sur 11 paires de vrais jumeaux. Cette particularité est un véritable plus qui permet, entre autres, d'exclure toutes les prédispositions génétiques.

7h minimum de sommeil recommandées 

Dirigée par le Dr Nathaniel Fletcher Watson, co-directeur du Sleep Medicine Center at Harborview, l'équipe a prélevé des échantillons de sang chez tous les volontaires, les individus ayant à chaque fois des temps de sommeil différentes. « La durée moyenne de sommeil de l'échantillon sur 24 heures était de 439,2 minutes, soit un peu plus de 7 heures par nuit », indiquent les auteurs dans la revue médicale Sleep.
 
Les scientifiques précisent, par ailleurs, que la différence moyenne de durée de sommeil au sein des paires de jumeaux était de 64,4 minutes. « Les résultats récoltés montrent que le système immunitaire fonctionne mieux quand il reçoit suffisamment de sommeil. Dans un contexte d'épidémies saisonnières, sept heures ou plus de sommeil sont ainsi recommandées pour obtenir une santé optimale », déclare le Dr Watson. Ici, le jumeau qui avait une durée de sommeil plus courte se retrouvait en effet avec un système immunitaire déprimé, par rapport à son frère ou à sa sœur.

 

Les rhinovirus aiment les petites dormeurs 

« Beaucoup de données existantes ont déjà montré que la réduction du sommeil - pour un temps limité dans le laboratoire - pouvait augmenter les marqueurs inflammatoires et activer les cellules immunitaires », a ajouté le co-auteur de l'étude le Dr Sina Gharib, de l'université de Washington. « Cette étude menée pour la première fois dans des conditions réelles a montré qu'un sommeil contrarié entrave les globules blancs (leucocytes), qui sont essentiels pour maintenir notre immunité », analyse-t-il.

Les chercheurs concluent donc que ces résultats sont cohérents avec les études précédentes ayant montré que les personnes privées de sommeil qui reçoivent un vaccin ont une moins bonne réponse immunitaire. Idem lorsque celles-ci sont exposées à un rhinovirus.

Une recherche américaine publiée en 2015 avait, c'est vrai, déjà montré que les personnes qui dorment moins de 6 heures par nuit sont 4 fois plus susceptibles d'attraper un rhume que les personnes qui dorment plus de 7 heures.

Vers la privation généralisée de sommeil 

Enfin, ces chercheurs font aussi remarquer que les Américains dorment jusqu'à deux heures de moins depuis quelques années, et qu'environ un tiers de la population active dort moins de six heures par nuit outre-Atantique.

« Dans la société moderne, l'importance du sommeil a diminué. Notamment à cause de la technologie omniprésente. Cela aboutit à la privatisation généralisée de sommeil, dangereuse pour la santé et le bien-être des individus », conclut l'équipe.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité