Publicité

QUESTION D'ACTU

Prudence

Grand froid : comment bien s'en protéger

Les températures négatives s'abattent sur le territoire. Un froid extrême qui met l'organisme à rude épreuve, en particulier pour les personnes âgées et les jeunes enfants. 

Grand froid : comment bien s'en protéger Deaurinko/epictura

  • Publié 06.01.2017 à 15h17
  • |
  • |
  • |
  • |


Le froid est bien là. Dans l’extrême-est, les températures ont même chuté jusqu’à -17°C ce vendredi matin. Au sommet des montagnes, une température ressentie de -40 °C est également annoncée. Un climat glacial qui met notre organisme à rude épreuve et contre lequel il faut se protéger.

En effet, sans s’en rendre compte, le grand froid demande au corps de produire des efforts supplémentaires. Le cœur bat beaucoup plus vite pour réchauffer l’organisme et éviter l’hypothermie, ce qui peut être particulièrement éprouvant pour les personnes souffrant de maladies cardiaques et respiratoires. Résultat : le risque d’infarctus du myocarde augmente lorsque les températures chutent. Et lorsque l’humidité et le vent s’en mêlent, les risques sont multipliés. Ls efforts physiques à l’extérieur sont donc à bannir pendant cette période de grand froid.


Attention aux engelures

Mais le cœur et les poumons ne sont pas les seuls organes à être affectés par le froid. La peau et nos petits vaisseaux sont en contact direct avec l’extérieur. Certains l’auront déjà remarqué, leur mains sont rougies et endolories par le froid. Les plus courageux diront qu’ils ne sentent rien et resteront dehors. Très mauvaise idée : en restant dans le froid trop longtemps, les extrémités du corps (mains et pieds essentiellement) risquent de passer au gris et devenir indolores, le premier stade des engelures. A un certain point, l’amputation peut être nécessaire.

Pour éviter ces complications, mieux vaut rester calfeutré chez soi, tout en continuant à aérer quotidiennement pour éliminer les germes qui s’accumulent et prévenir les infections respiratoires.

Source : ministère de la Santé et Inpes


Eviter la consommation d'alcool

S’il faut absolument sortir, la précaution est de mise. Première règle : bien se couvrir. En multipliant les couches, la résistance au froid est bien meilleure que se contenter d’un seul gros pull. Il faut particulièrement couvrir les parties exposées au froid (tête, cou, mains et pieds) ainsi que la bouche et le nez pour respirer moins d’air froid. Enfiler des bonnes chaussures à la semelle antidérapante évitera des chutes et fractures. En revanche, même bien protégés, les plus petits, particulièrement vulnérables au froid, doivent éviter de sortir.

Autre erreur à ne pas commettre : la consommation d’alcool. Contrairement à la croyance populaire, ce breuvage ne réchauffe pas. Il diminue la vigilance et rend insensible aux prémices du froid. Le risque d’hypothermie est alors accru, et l’issue peut être fatale. Bien s’alimenter et s’hydrater permettent à l’inverse de lutter plus efficacement contre le froid extérieur et le desséchement observé dans les maisons en raison du chauffage.

Source : ministère de la Santé et Inpes

En outre, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) souligne que certains médicaments « peuvent aggraver les dangers d’une trop longue ou trop forte exposition au grand froid ». C’est notamment le cas des traitements de l’hypertension, de l’angine de poitrine qui « peuvent altérer les mécanismes de lutte contre le froid » ou l’hypothyroïdie qui peut empêcher l’augmentation du métabolisme nécessaire à la production de chaleur. Certains neuroleptiques et traitements de l’épilepsie peuvent aussi poser problème.
L’ANSM insiste sur le fait que les patients ne doivent pas décider seul d’interrompre leur traitement. S’ils sont inquiets, il est plus sage de consulter leur médecin.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité