Publicité

QUESTION D'ACTU

Tristesse, idées suicidaires

Un pilote d'avion sur huit avoue un épisode dépressif

Plus d'un an après le suicide du pilote Andreas Lubitz, des chercheurs américains suggèrent que de nombreux pilotes actuellement en service seraient dépressifs. 

Un pilote d'avion sur huit avoue un épisode dépressif Givingnot Rocketmail / Flickr

  • Publié 18.12.2016 à 19h36
  • |
  • |
  • |
  • |


Le drame de la Germanwings est encore dans toutes les têtes. Le 24 mars 2015, Andreas Lubitz, pilote de la compagnie allemande Germanwings, se suicide en précipitant un A320 dans les Alpes françaises, fauchant la vie de 149 passagers et membres d’équipage. Les mois d’investigation qui suivent la catastrophe révèlent que le jeune pilote souffrait de dépression sévère et de psychose.

Un diagnostic lourd qui fera dire à l’un de ses médecins qu’il espérait ne jamais monter dans un avion piloté par son patient. Mais Andreas Lubitz n’est pas le seul pilote de ligne à souffrir de ces troubles et à prendre le contrôle d’un avion chaque jour.
Une étude parue dans Environmental Health montre que des centaines de pilotes du monde entier toujours en service seraient atteints de dépression.


Des pilotes du monde entier interrogés

Les chercheurs de l’université Harvard T.H. Chan School ont envoyé un questionnaire anonyme à plus de 3 500 pilotes dans 50 pays différents. Quelque 1 840 d’entre eux ont accepté d’y répondre. C’est la première fois qu’une telle étude est menée.
Habituellement, les chercheurs se basent sur les comptes-rendus d’accidents ou les dossiers médicaux. Mais ces informations sont compliquées à obtenir et ne sont pas toujours le reflet de la réalité. Les pilotes sont en effet fortement incités à dissimuler leurs troubles dépressifs, expliquent les auteurs.

Or, « nous avons découvert que de nombreux pilotes sont touchés par des épisodes dépressifs, et il se peut qu’ils ne cherchent pas être soignés par crainte des impacts négatifs que cela pourrait avoir sur leur carrière, souligne Joseph Allen, l’un des auteurs. Il existe un voile de secret qui entoure les troubles de la santé mentale dans le cockpit. En utilisant une étude anonyme, nous avons pu dépasser les peurs des pilotes liées à la stigmatisation et la discrimination au travail ».

Parmi les répondants, près de la moitié étaient des Américains. Suivis par les Canadiens, les Australiens et les Européens. Sur les 1 840 pilotes, 12,6 % ont rapporté des symptômes de la dépression (tristesse, perte de plaisir…) et 4,1 % ont confié avoir des pensées suicidaires au cours des deux dernières semaines. Chez les 1 430 pilotes qui ont pris les commandes d’un avion au cours de la semaine précédente, la prévalence de la dépression atteignait même 13,5 %.

Ces proportions sont bien plus élevées que celles observées en population générale. En France, en 2010, le Baromètre santé de l’Inpes a montré que 7,5 % des Français âgés de 15 à 85 ans étaient dépressifs, et 3,9 % de cette tranche d’âge ont avoué avoir « pensé à se suicider » dans les 12 derniers mois.


Améliorer le suivi des pilotes

L’étude américaine montre également que les pilotes masculins sont plus susceptibles de ressentir « presque tous les jours » une perte d’intérêt, un sentiment d’échec, des difficultés à se concentrer et qu’il vaudrait mieux qu’ils soient morts. A l’inverse, les femmes ont été plus souvent touchées par l’un de ces symptômes au moins une fois par jour au cours du mois précédent. Elles étaient également plus susceptibles d’être diagnostiquées dépressives.

En outre, les maladies dépressives étaient plus souvent repérées chez des pilotes consommant des fortes doses de somnifères ainsi que ceux ayant été victimes de harcèlement moral ou sexuel.

Pour les chercheurs, ces données soulignent l'importance de l'évaluation précise de la santé mentale des pilotes, « une profession responsable de la vie de milliers de personnes chaque jour », et l’amélioration des mesures de prévention.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité