Publicité

QUESTION D'ACTU

Chlamydia, gonocoque, syphilis…

IST : le nombre de contaminations augmente

L’épidémie de VIH ne ralentit pas et les autres infections sexuellement transmissibles explosent. Les gonorrhées progressent de 100 % dans certaines populations.

IST : le nombre de contaminations augmente rclassenlayouts/epictura

  • Publié 01.12.2016 à 09h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Chlamydia, gonocoque, syphilis… Les infections sexuellement transmissibles (IST) ne se limitent pas au seul VIH. Le virus inquiète davantage, à juste titre. Mais l’absence de protection, par le non port du préservatif, a une conséquence moins médiatique : l’explosion des autres IST. Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) de Santé Publique France en témoigne ce 29 novembre. Ce dernier numéro est dédié à la Journée mondiale du sida, qui se tient ce 1er décembre. Il rappelle que les co-infections sont fréquentes chez les personnes séropositives.

Des répercussions durables

81 000 cas diagnostiqués en 2015. Les chlamydioses sont de loin les pathologies sexuellement transmissibles les plus présentes en France. Elles continuent leur progression à un rythme de croisière : entre 2013 et 2015, le nombre d’infections a progressé de 10 %. Comme dans le cas du VIH, les hommes sont les plus touchés par cette progression. Mais sur l’année 2015, la majorité des diagnostics a porté sur une population féminine et plutôt jeune – de 15 à 29 ans.

L’épidémie de chlamydiose est silencieuse, et c’est la principale source d’inquiétude. 45 % des patients ne présentent aucun symptôme de la maladie. En l’absence de prise en charge, les contaminations se poursuivent. Mais les séquelles peuvent aussi être durables : des infertilités peuvent survenir.



Des co-infections fréquentes

Une forme d’infection peut s’avérer particulièrement sévère, la lymphogranulomatose vénérienne rectale, due à une souche invasive de chlamydia. Elle connaît une véritable explosion (47 %). Les autres infections rectales par cette bactérie, elles, ont presque doublé. Le profil est particulier : la quasi-totalité des patients sont de sexe masculin et les co-infections avec le VIH sont présentes dans trois cas sur quatre.

Mais ce sont bien les gonorrhées qui ont connu la plus forte progression depuis 2013. Les infections ont grimpé de 100 % chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH). C’est également la première population atteinte par le VIH. Les femmes hétérosexuelles font aussi les frais d’une progression non négligeable (32 %). Les co-infections avec le VIH restent marginales (11 %) mais la résistance aux antibiotiques progresse. L’avenir semble donc bien sombre sur ce plan.



La syphilis menace

L’épidémie de syphilis, pour sa part, ne touche plus seulement les HSH. Une très forte progression s’observe chez les hétérosexuels de sexe masculin (75 %) et féminin (85 %). Les effectifs restent « relativement faibles », souligne tout de même le BEH. La population des HSH, en revanche, fait les frais d’une diffusion active du tréponème pâle. Ils représentent 84 % des diagnostics de formes précoces. Les femmes signalées, elles, sont plutôt jeunes. « Le niveau de co-infections par le VIH reste très élevé », signale le BEH. De fait, un quart des patients ont été contaminés à la fois par le virus responsable de l’immunodéficience et le tréponème.


Face à ces chiffres désastreux, la conclusion de Santé Publique France est simple : ils révèlent que le port du préservatif est loin d’être suffisant chez les HSH, et la transmission est rapide. Le constat est le même chez les jeunes hétérosexuels, où les différentes IST connaissent une progression majeure. Les efforts ne doivent donc pas se relâcher. Avec l’arrivée sur le marché de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) – qui évite la transmission du VIH à l’aide d’un médicament antirétroviral – une recrudescence est à prévoir.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité