Publicité

QUESTION D'ACTU

Par les passeurs

Maltraitance : des migrants obligés de boire de l'essence

Trois migrants africains pris en charge en Allemagne ont présenté de graves lésions pulmonaires liées à l'ingestion forcée de carburant. 

Maltraitance : des migrants obligés de boire de l'essence Borja Ruiz Rodriguez/AP/SIPA

  • Publié 13.11.2016 à 17h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Ils sont Syriens, Afghans, Iraquiens ou Erythréens. Tous fuient des pays en guerre ou des régimes totalitaires. Depuis le début de l’année 2016, près de 340 000 personnes ont risqué leur vie pour gagner l’Europe, et 4 270 ont péri en Mer méditerranée.

Des centaines de morts qui ne semblent pas retenir les hommes, femmes et enfants qui attendent en Libye ou Egypte et qui embarquent chaque jour sur des canots de fortune. Une traversée périlleuse à laquelle s’ajoute les mauvais traitements des passeurs.
Outre les exécutions pour l’exemple et forcer les réfugiés à monter dans les bateaux, ils les obligent à boire un mélange d’essence pour les sédater, affirment des médecins allemands dans un article scientifique publié dans The Lancet. Une découverte inquiétante car les dégâts causés par l’ingestion de carburant peuvent conduire à la mort.


Semblable à une pneumonie

Ces praticiens ont vu arriver dans leurs services 3 jeunes africains (un Somalien de 16 ans, un Ethiopien de 18 ans et un Erythréen de 21 ans) souffrant de graves problèmes pulmonaires. Ils présentaient également de la fièvre et des essoufflements. Des symptômes apparus des semaines après leur traversée de la Méditerranée et qui suggèrent une pneumonie d’origine bactérienne. Les lésions pulmonaires sont confirmées par les scanners.
Cependant, les tests bactériologiques ne mettent pas en évidence d’infection. Leur état s’est rapidement empiré, et l’hospitalisation en soins intensifs a été indispensable. Malgré les traitements, le jeune Ethiopien est décédé.

Avec l’aide de traducteurs, les médecins ont pu interroger les deux survivants. Ils ont tous les deux raconter qu’ils avaient dû boire de l’essence sur le bateau. Pour les médecins, les 3 hommes ont développé une pneumopathie par ingestion d'hydrocarbures. C’est la première fois que des équipes médicales prenant en charge des réfugiés rapportent cette maltraitance et cette pathologie. Avec cette communication, les médecins allemands espèrent que leurs confrères penseront à cette maladie après avoir exclu une pneumonie.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité