Publicité

QUESTION D'ACTU

A Calais, Dunkerque, Cherbourg

Migrants : des enfants victimes de violences dans les camps français

Dans les camps de réfugiés français, les enfants et adolescents migrants seuls seraient victimes de violences et d’abus sexuels, selon une enquête pilotée par l’Unicef.   

Migrants : des enfants victimes de violences dans les camps français ©Laurence Geai/UNICEF France - Bahman, 17ans, Afghanistan Mars 2016. Bahman a accepté une place dans un container du CAP (Centre d'accueil provisoire) construit début 2016 et qui jouxte le bidonville.

  • Publié 20.06.2016 à 13h10
  • |
  • |
  • |
  • |


Des enfants et adolescents abusés, prostitués, violés et violentés… Telles sont les conclusions d’une enquête dévoilée par l’Unicef. Le rapport, publié le 16 juin dernier, dresse un portrait préoccupant de ce à quoi ressemble le quotidien des adolescents et enfants migrants seuls dans les camps de réfugiés, dans le nord de la France.
« Les enfants migrants et réfugiés subissent 
quotidiennement l’exploitation sexuelle, la violence et le travail forcé », conclut le rapport. Mais bien qu’une omerta domine, certains enfants ont brisé le silence, détaillant des conditions de vie ponctuées par la violence et la précarité. Selon le rapport, certains d'entre eux auraient même exprimé leur désir d'être hospitalisés en service psychiatrique, éprouvés par des sévices récurrents. Dans les camps où ils luttent sans relâche pour obtenir de quoi vivre, les enfants se « retrouvent obligés de se mettre d’accord avec les trafiquants », les exposant donc à des risques accrus de violence et d’exploitation.

Entre janvier et avril 2016, l’enquête de l’Unicef s’est penchée sur le cas de 61 enfants migrants – âgés entre 11 et 17 ans – non accompagnés qui vivaient dans les camps au nord de la France (à Calais, Dunkerque ou encore à Cherbourg). 

 

« Les enfants se font tabasser »

« Le lien n’a pas été facile a créer avec les enfants, confie à Pourquoidocteur Olivier Peyroux, sociologue et auteur du rapport. Nous n’avions pas de lieu confidentiel, les adolescents et les enfants craignaient que leurs passeurs, dont ils dépendent, les entendent. Cela a compliqué les choses », explique le sociologue.
Les mineurs ne se retrouvent jamais hors de la vue des adultes. « Ils ne bénéficient d’aucune protection et n’ont pas de lieu pour se confier. Ils se sentent toujours contrôlés, on ne leur offre pas la possibilité d’être dans une structure réservée aux enfants ».

Et les violences dont ils sont victimes sont multiples. « Parmi elles, les violences policières et intercommunautaires », détaille le sociologue. Certains passeurs « empêchent les mineurs de monter dans des camions pour joindre le Royaume-Uni, les enfants se font tabasser », dénonce t-il. D’autres violences sont, elles, liées à des milices d’extrême droite, et identifier les auteurs reste particulièrement difficile.
Et lorsque surviennent ces violences, les jeunes migrants peuvent bénéficier d’une prise en charge médicale – via la présence d’associations humanitaires – mais elle demeure « insuffisante ». De plus, « ces enfants ne vont pas à école, alors qu’en moyenne, ils restent plus de 5 mois », conclut Olivier Peyroux.

« Un certain nombre d’entretiens avec des jeunes filles ont identifié des pratiques d’échanges et de services sexuels pour la promesse de passage au Royaume-Uni », détaille à son tour le rapport. « Plus ces enfants sont contraints d’attendre, désespérés, plus ils sont susceptibles de risquer leur vie pour rejoindre leur famille », confirme le directeur adjoint de l’Unicef en Grande-Bretagne, Lily Caprani.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité