Publicité

QUESTION D'ACTU

Anne Sinic

IVG : le combat de Médecins du Monde dans les pays prohibitifs

ENTRETIEN – Dans les pays qui restreignent l’accès à l’avortement, MdM mène une action de lobbying auprès des législateurs et sur le terrain avec  des femmes et des médecins.

IVG : le combat de Médecins du Monde dans les pays prohibitifs Dario Lopez-Mills/AP/SIPA

  • Publié 28.09.2016 à 19h08
  • |
  • |
  • |
  • |


A l’échelle mondiale, le droit à l’IVG n’est pas acquis, loin s’en faut. Chaque année, 50 000 femmes meurent après un avortement « à risque », clandestin. Si aucun pays ne l’interdit formellement, nombreux sont ceux qui ne tolèrent une interruption volontaire de grossesse que si la vie de la femme est en danger.
Dans ces Etats, les associations œuvrent pour renforcer l’accès des femmes à leurs droits, y compris les plus restreints, et, globalement, pour améliorer leur santé sexuelle et reproductive.

Ce combat, Médecins du Monde le mène au Pérou, en Haïti et dans les pays d’Afrique francophone depuis deux ans. En parallèle à son action sanitaire et communautaire, l’ONG tente de convaincre les gouverneurs de faire bouger les lignes du droit à l’avortement dans leur pays. Autant dire que cette activité de lobbying est délicate, comme l’explique Anne Sinic, chargée de plaidoyer pour MdM.


Source : Atlas Mondial des femmes, Ed. Autrement - Huffington Post 

 


Les Etats prohibitifs acceptent-ils la présence de MdM sur leur territoire ?

Anne Sinic : Oui, car tous ont ratifié des conventions internationales en ce sens. Nous nous appuyons sur le réseau MdM déjà installé dans ces pays, auquel nous greffons cette activité. C’est un jeu d’équilibriste qui exige de la finesse. Notre rôle consiste notamment à rappeler les législateurs à leurs engagements et à leurs responsabilités vis-à-vis de ces conventions et de ces traités.
Pour cela nous utilisons notre réseau de parlementaires, nous trouvons des alliés au sein des ministères, nous discutons avec toutes les personnes susceptibles d’avoir une capacité d’influence (agences des Nations Unies, bailleurs…)

Bien sûr, les changements sont subtils. Nous sommes parvenus à inscrire la question du droit à l’IVG dans les agendas politiques de certains Etats. Mais il nous faudra davantage de temps et de moyens pour arriver à des résultats très concrets, même si les avancées sont déjà positives. Deux ans, en terme de plaidoyer, c’est très court.

Ecoutez...
Anne Sinic, chargée de plaidoyer à Médecins du Monde : « On a organisé un colloque en mai à Paris sur le droit à l’IVG. On a invité des parlementaires africains, qui, à leur retour, ont vraiment contribué à faire avancer le débat .»
 

Comment parvenez-vous à améliorer le droit à l’IVG ?

Anne Sinic : Nous travaillons toujours en respectant le cadre légal local, ce qui exige une connaissance très fine des législations. Mais il faut comprendre que la loi n’est pas seul frein à l’accès à l’IVG. Il existe un certain nombre de failles, que nous devons préalablement détecter, avant de voir comment nous pouvons travailler par rapport à ce que le contexte légal permet de faire.  

Les barrières, elles, sont d’abord d’ordre socioculturel. Dans ces pays, l’avortement est fortement stigmatisé – cela renvoie à la place de la femme dans la société. Il y a beaucoup de tabous autour de sa sexualité et de son corps ; son pouvoir de décision est faible, elle ne peut pas faire ses propres choix quand il s’agit de sa santé et de sa sexualité. Cela renvoie aussi aux freins religieux, qui font que la femme est amenée à être une mère avant tout. Ces stigmates constituent des déterminants très importants dans l’accès à l’IVG. 

La loi, ce n’est pas tout. On remarque, par exemple, que le pouvoir médical peut être une limite importante. Les médecins sont eux aussi empreints de ces représentations socioculturelles, qu’ils vont reporter sur leurs pratiques et sur leur discours, alors que le cadre légal autoriserait l’IVG. En fait, même si la loi évoluait dans ces Etats, cela ne permettrait pas d’emblée d’avoir un accès effectif à l’IVG.

Ecoutez...
Anne Sinic, chargée de plaidoyer à MdM : « En Amérique du Sud, une femme qui fait une fausse couche peut être poursuivie. Mais partout, si on a de l’argent, on peut interrompre une grossesse sans risque. »
 

C’est donc au niveau des représentations socioculturelles que vous agissez ?

Anne Sinic : C’est l’un des axes de notre action. D’une part, nous travaillons auprès des femmes et des professionnels de santé pour renforcer la connaissance de leurs droits et de leurs devoirs en matière d’IVG. L’approche est globale, nous évoquons les questions de contraception, de grossesse, de sexualité. Nous expliquons aux jeunes filles leurs droits, nous insistons sur la prévention des grossesses non désirées et tentons de faire prendre conscience à l’ensemble des acteurs du problème de santé publique que constitue l’avortement à risque. Nous rationalisons le phénomène, le documentons, le chiffrons.

D’autre part, nous expertisons l'offre de soins et venons en renfort du système de santé local, selon les orientations prioritaires. On constate, par exemple, qu’un vrai effort a été déployé dans ces pays autour de la santé des femmes qui accouchent. La mortalité maternelle s’est fortement réduite. En revanche, dans les soins liés à l’avortement, ou post-IVG, les taux de mortalité ne diminuent pas, nous déployons donc notre action à ce niveau.

Ecoutez...
Anne Sinic, chargée de plaidoyer à MdM : « Notre approche n’est pas seulement fondée sur la santé publique, mais sur les droits. Nous n’imposons pas une vision occidentale, mais universaliste. »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité