Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 10 000 personnes

La sentiment de solitude est aussi une affaire de gènes

Se sentir seul est en partie lié aux mutations génétiques. Mais une équipe américaine relativise la portée de notre ADN. L'environnement reste prépondérant.

La sentiment de solitude est aussi une affaire de gènes dimaberkut/epictura

  • Publié 28.09.2016 à 13h57
  • |
  • |
  • |
  • |


La solitude. Un thème presque aussi fréquent que l’amour dans les chansons populaires. Mais tout le monde n’en est pas victime de la même façon. En fonction des individus, le sentiment d’esseulement peut varier fortement. Une différence qui s’explique en partie par nos gènes. Mais des chercheurs de l’université de Californie à San Diego (Etats-Unis) relativisent le poids de notre ADN. L’environnement a plus d’impact, expliquent-ils dans Neuropsychopharmacology.

Des mutations courantes

Le patrimoine génétique de 10 000 Américains âgés a été scruté par l’équipe. Tous participaient à une étude sur le vieillissement, et ont été interrogés sur la qualité de leur vie sociale. « Nous voulons savoir pourquoi, sur le plan génétique, une personne est plus à risque qu’une autre de se sentir seule, même dans une situation comparable », précise Abraham Palmer, principal auteur de la publication. Les réponses confirment que les gènes ont un impact sur le fait de se sentir seul. 17 à 27 % du sentiment est expliqué par leur influence.

L’environnement conserve donc un poids majeur. Il est même encore plus prononcé qu’avant. En effet, des études précédentes ont jugé que la génétique expliquait 37 à 55 % des variations dans la solitude perçue. Ces derniers travaux relativisent ce phénomène. Mais les chercheurs le reconnaissent : ils n’ont pris en compte que les mutations les plus courantes, ce qui pourrait expliquer ce décalage.

Dépression, névrose

L’équipe californienne a également approfondi les connaissances en la matière. Le gène qui influence la perception d’esseulement s’associe souvent au risque de névrose et de symptômes dépressifs modérés. Ils n’ont en revanche trouvé aucun lien avec les fragments d’ADN qui régulent la dopamine ou l’ocytocine. Ce neurotransmetteur et cette hormone étaient pourtant soupçonnés d’agir sur l’isolement.

Voilà qui devrait pousser à prêter davantage d’attention à l’environnement des personnes qui se sentent seules. Car la littérature est unanime sur au moins un point : cette sensation prédit le risque de décès prématuré. En effet, elle est associée à une santé dégradée, à la fois sur le plan mental et sur le plan physique. Maladies chroniques et incidents cardiovasculaires sont ainsi favorisés. Pour Abraham Palmer, la solitude serait donc un mécanisme d’alerte biologique supplémentaire.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité