Publicité

QUESTION D'ACTU

Après un dosage du PSA

Cancer localisé de la prostate : le suivi fait aussi bien que la chirurgie

L'ablation de la prostate et la radiothérapie n'améliorent pas la survie des patients atteints de cancer par rapport à une surveillance active. C'est le résultat d'un suivi sur 10 ans.

Cancer localisé  de la prostate : le suivi fait aussi bien que la chirurgie BPI/REX Shutterstock/REX/SIPA

  • Publié 17.09.2016 à 16h20
  • |
  • |
  • |
  • |


L’ablation de la prostate n’est pas toujours justifiée lorsqu’un cancer est détecté. L’approche à adopter est régulièrement discutée. Une étude parue en deux volets dans le New England Journal of Medicine pourrait bien trancher ce débat pour de bon. Réalisée par l’université d’Oxford (Royaume-Uni), elle montre qu’entre la chirurgie, la radiothérapie et une surveillance active, aucune différence n’émerge sur la survie. Pourtant, les travaux ont été réalisés pendant une décennie, auprès de 82 429 hommes de 50 à 69 ans.

99 % de survie

Parmi ces volontaires, une tumeur de la prostate a été détectée dans 1 640 cas, à l’aide d’un dosage du PSA, qui mesure une protéine marqueur de l'activité de l'organe. De manière aléatoire, les participants ont été répartis en trois groupes. Les uns ont subi une ablation totale de cette glande , d’autres une radiothérapie. Un troisième groupe a été simplement suivi plus régulièrement, afin d’observer l’évolution de la tumeur. C’est la première fois qu’une étude de ce type est réalisée.

Les résultats sont plutôt positifs dans l’ensemble : 99 % des hommes étaient toujours en vie au terme des 10 ans. Un taux exceptionnel, mais surtout stable dans les trois approches. « Une conclusion d’autant plus appréciable que la qualité de vie, y compris les symptômes de dépression et d’anxiété, est également bonne chez la majorité des participants.

Des effets secondaires lourds

C’est surtout sur le plan des effets secondaires que la surveillance active se distingue. Le traitement par chirurgie induit des effets secondaires à long terme, particulièrement marqués dans l’année qui suit l’intervention. La prostatectomie double le nombre d’hommes qui souffrent d’incontinence urinaire et de troubles sexuels par rapport à la radiothérapie. Ils persistent pendant 6 ans. Le traitement par rayons, lui, augmente la fréquence des troubles intestinaux. « Chaque traitement a un impact et des effets différents, et nous devons effectuer un suivi plus long pour observer leur équilibre sur les 10 années à venir », résume le Pr Jenny Donovan, qui signe également l’étude.


Ces effets secondaires peuvent sembler nécessaires au vu des bénéfices qu’ils apportent : la progression de la tumeur en métastases est divisée par deux par rapport à la surveillance. Mais cela ne se traduit pas par une survie améliorée, ce qui relativise leur intérêt. « Aucune progression n’a lieu chez les trois quarts des hommes sous surveillance au cours des 10 ans de suivi », souligne le Pr David Neal, co-auteur de l’étude. Une décennie supplémentaire d’observation sera nécessaire pour confirmer ces résultats. Les enjeux sont réels puisque les travaux font partie d’une stratégie de réévaluation du dosage PSA, dont l’efficacité est remise en question.

 

Regardez l’émission L’Invité Santé
avec le Pr François Desgrandchamps (hôpital Saint-Louis)
diffusée le 24 mars 2016 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité