Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans des bars

Alcool : la perception de l’ivresse change selon le contexte

Les consommateurs ont tendance à sous-estimer leur état d’ébriété lorsqu’ils sont entourés d’autres buveurs dans un environnement alcoolisé.

Alcool : la perception de l’ivresse change selon le contexte Kesu01/epictura

  • Publié 16.09.2016 à 13h24
  • |
  • |
  • |
  • |


Etes-vous soûl ? A cette question, votre réponse risque de sensiblement différer selon les contextes – et ce, à quantité égale d’alcool consommée. La perception de l’ivresse serait fortement liée aux circonstances sociales dans lesquelles cette ivresse s’inscrit, selon une étude publiée dans le BMC Public Health.

Pour parvenir à ce constat, les auteurs ont abordé 1 862 personnes âgées de 27 ans en moyenne, rencontrées dans les bars de la ville. Ils ont évalué les taux d’alcoolémie dans leur souffle, et les ont interrogées sur leur sentiment d’ivresse ainsi que sur leur conscience des risques associés à la biture.

De l'art de se comparer 

Plusieurs questions ont été posées aux jeunes consommateurs. « À quel point êtes-vous ivre en ce moment ? », « Avez-vous beaucoup bu ce soir ? », ou encore « Si vous buvez autant que vous l'avez fait ce soir toutes les semaines, pensez-vous que cela puisse être nocif pour votre santé ? ».

Or, selon les observations des chercheurs, les sujets interrogés avaient tendance à sous-estimer leur consommation et leur état d’ébriété, car pour s’auto-évaluer, ils se comparaient aux autres personnes dans le bar. Or, si l’on cherche bien, on trouve toujours plus ivre que soi.

Selon les auteurs, une personne alcoolisée dans un environnement imbibé a tendance à avoir une perception erronée de son état d’ivresse, de son niveau de consommation et des risques associés. Plus il y a de personnes ivres dans la pièce, plus l’auto-évaluation est biaisée, selon les chercheurs qui suggèrent qu’il existe des environnements intrinsèquement délétères.

« On pourrait essayer de trouver un moyen de réduire la consommation excessive d'alcool en utilisant des stratégies basées sur ces conclusions – en essayant, par exemple, de diminuer le nombre de gens ivres dans les lieux où l'alcool est consommé », écrivent les auteurs. Une idée originale… mais plus facile à proposer qu’à exécuter !

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité