Publicité

QUESTION D'ACTU

17 variants génétiques découverts

Dépression : l'influence génétique se précise

Des chercheurs américains ont découvert 17 variations génétiques liés à la dépression. Certains de ces gènes sont impliqués dans le développement cérébrales ou d'autres maladies psychiatriques. 

Dépression : l'influence génétique se précise lucidwaters/epictura

  • Publié 06.08.2016 à 10h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Près d’une personne sur cinq a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. Si des évènements ou des situations traumatisantes peuvent accroître le risque de cette maladie, chez certaines personnes la dépression se déclenche sans motif apparent. Cette vulnérabilité individuelle serait liée en partie à nos gènes. Une influence confirmée par une vaste étude pangénomique publiée ce lundi dans la revue scientifique Nature Genetics.

Les chercheurs du Massachusetts General Hospital (Etats-Unis) ont d’abord analysé l’ADN de près de 300 000 Européens ayant envoyé des échantillons de salive à la société de biotechnologie 23andMe qui propose d’obtenir des informations sur son patrimoine génétique et son risque de développer certaines maladies. Ils les ont ensuite comparé à l’ADN de 75 600 personnes rapportant avoir été diagnostiquées ou traitées pour une dépression, ainsi que 230 000 personnes sans antécédents de dépression.
Cette première analyse met en évidence deux régions génomique d’intérêt. L’une d’elles contient un gène encore peu connu, et exprimé dans le cerveau, tandis que l’autre présente un gène impliqué dans le développement de l’épilepsie et la déficience intellectuelle.


Piste thérapeutique 

Dans un second temps, les scientifiques ont à nouveau comparé la séquences d’ADN de près de 20 000 personnes, dont la moitié souffrait de dépression à plus de 150 000 clients de 23andMe. Parmi ces derniers, près de 46 000 personnes étaient dépressives. Les résultats de cette seconde comparaison mettent au jour 15 régions génomiques contenant 15 variations génétiques associées à la dépression. Un grand nombre de ces sites est situé près de gènes impliqués dans le développement cérébral.

« L’identification de ces facteurs génétiques est un premier pas vers la compréhension de la biologie de la maladie, ce qui nous donnera des pistes pour développer de nouveaux médicaments, soulignent l’un des auteurs de l’étude, le Dr Roy Perlis du département de psychiatrie et du centre de recherche en génétique humaine au Massachusetts General Hospital. Celui-ci souligne par ailleurs que les modèles utilisés pour traiter la dépression ont plus de 40 ans, et sont donc aujourd’hui dépasser.

Le psychiatre espère également que « ces résultats aideront à montrer que la dépression est une maladie du cerveau, et qu’ils lutteront contre la stigmatisation autour de cette maladie. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité