Publicité

QUESTION D'ACTU

Agression, disparition...

Pokémon Go : comment protéger les enfants des risques

Le jeu Pokémon Go expose les enfants à certains risques. L’association britannique de protection de l’enfance émet des recommandations pour les plus jeunes. 

Pokémon Go : comment protéger les enfants des risques Technophile82/epictura

  • Publié 02.08.2016 à 11h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Sur Pokémon Go, on a presque tout écrit. Le jeu est tantôt dangereux, taxé de modifier la perception du réel et de provoquer des accidents chez les joueurs imprudents. D’autres fois, on se réjouit de son arrivée car les gamers sortent, marchent et prennent l’air pour chasser l’animal.

Mais on n’a pas encore tout dit. Cette fois, c’est la National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC), la plus grande association caritative de protection de l’enfance au Royaume-Uni, qui s’exprime sur cette application au succès foudroyant, chez les petits comme chez les grands.

« Le jeu Pokémon Go, est une bonne nouvelle pour les parents qui rêvent de voir leurs enfants prendre l’air. A condition, toutefois, de prendre quelques précautions », met-elle en garde. De fait, Pokémon Go expose les enfants à des risques spécifiques - mauvaises rencontres, égarement, agressions, addiction… 

Mettre des limites géographiques

Il convient donc de mettre des limites - sur le plan géographique, pour commencer. « Si un enfant va trouver quelques Pokémons près de chez lui, il devra probablement parcourir quelques kilomètres de plus pour en trouver d’autres…Il est donc recommandé de lui préciser jusqu’à quelle distance il peut s’éloigner du domicile ».

Par ailleurs, la notion de propriété privée doit lui être rappelée, afin que l’enfant ne se retrouve pas en situation d’illégalité. En effet, « les Pokémons peuvent apparaître dans des lieux privés où il n’a pas le droit d’entrer », rappelle l’association.  
 

Eviter les mauvaises rencontres

« Le jeu peut rassembler plusieurs joueurs autour des lieux où les Pokémons sont ‘‘présents’’ », souligne la NSPCC. L’enfant chasseur de Pokémon peut ainsi faire des mauvaises rencontres, notamment avec des adultes, sur lesquelles l’association interpelle. « Attention également aux vols de portables sur les lieux où se trouvent les Pokémons ».

Par ailleurs, « dans un pays en état d’urgence, comme la France, les attroupements dans certaines zones sensibles peuvent également être déconseillés », suggère l’association, qui rappelle que la France a interdit une traque de Pokémons dans les jardins du Luxembourg. Enfin, dans les endroits non-familiers, elle recommande de ne pas laisser les enfants jouer seuls, mais de « chasser » en famille ou entre amis.

Veiller à son environnement… et à sa batterie

Tout comme son semblable l’adulte, l’enfant pisteur est d’une nature distraite. « Tout absorbé par son jeu, il peut oublier de faire attention à son environnement. Il faut donc lui rappeler l’importance de se concentrer aux abords des routes et d’une manière générale lorsqu’il marche sur un terrain accidenté ».

Enfin, l’association rappelle combien le jeu est consommateur de batterie. « Il existe donc un risque que le téléphone se décharge rapidement et qu’il ne permette plus à l’enfant de joindre ses parents. La NSPCC souligne l’importance d’alerter les enfants sur ce problème et de leur fournir éventuellement des batteries portatives ».

A quel âge ?

Quant à la limite l’âge en dessous de laquelle la pratique du Pokémon Go serait déconseillée, le NSPCC ne se prononce pas. Elle « suggère aux parents de faire accompagner leurs enfants d’un adulte ou d’un enfant plus âgé s’il leur parait trop jeune pour comprendre certains risques ».

Pour conclure,  « les parents doivent être vigilants à ce que le jeu ne devienne pas trop chronophage, qu’il n’ait pas un retentissement démesuré sur la pratique des autres activités de la journée, ou sur le sommeil de l’enfant ».

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité