Publicité

QUESTION D'ACTU

Record à vélo

Athlètes centenaires : des chercheurs analysent leurs performances

Le record du cycliste centenaire Robert Marchand impressionne les chercheurs. La réduction de ses performances est assez limitée pour son âge.

Athlètes centenaires : des chercheurs analysent leurs performances ISABELLE HARSIN/SIPA

  • Publié 09.07.2016 à 08h00
  • |
  • Mise à jour le 09.07.2016 à 08h31
  • |
  • |
  • |


Alors que les JO d’été 2016 se tiendront dans moins d'un mois à Rio de Janeiro (Brésil), quelques athlètes centenaires seront encore en vie pour observer leurs successeurs lointains. Parfois 80 ans après leur propre participation.
A cette occasion, une équipe de chercheurs français (1) a analysé les records sportifs de ces champions de la longévité dans différentes disciplines en comparaison avec les records mondiaux, toutes catégories d’âge confondues.

Sur des sites d’associations et fédérations sportives, Romuald Lepers et ses collègues ont ainsi identifié 60 performances réalisées par 19 centenaires, dans 3 disciplines : athlétisme, natation et cyclisme. De manière générale, et même si ce sont de véritables prouesses, leurs résultats sont évidemment très loin des records mondiaux : -78 % en moyenne chez ces centenaires par rapport au record du monde. Mais l'un d'entre eux sort clairement du lot.

Il s'agit du centenaire Robert Marchand et de son record à vélo. En 2014, à 102 ans, l'homme a parcouru près de 27 km en une heure. Flashé à plus de 30 km/h dans le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, il apparaît comme l'athlète le plus impressionnant car la réduction de ses performances est assez limitée malgré son âge. Elle ferait même figure d’exception. Les scientifiques ont enregistré une réduction de ses performances d'à peine 50,6 % en comparaison avec le record du monde de l’heure de cette discipline, obtenu par Bradley Wiggins en 2015 avec plus de 54 km.

102 ans mais la santé d'un homme de 45 

Robert Marchand se déplace donc en vélo deux fois moins vite que le recordman de sa discipline, là où les autres athlètes centenaires courent ou nagent en moyenne quatre fois moins vite. Si ces écarts peuvent sembler importants, ils correspondent à de véritables exploits, estime la communauté scientifique. « Imaginez-vous réaliser ces performances à plus de 100 ans ? », interpelle Romuald Lepers, principal auteur de l'étude. Il l'explique tout d'abord par les caractéristiques physiologiques remarquables du sportif.

Véronique Billat, directrice de recherche à l'UBIAE (2), suit de près Robert Marchand. Il y a deux ans dans Le Parisien, elle expliquait s’intéresser aux effets de l’exercice physique sur la consommation d’oxygène. « Plus on gagne en consommation, plus on peut aller vite, avoir de l’énergie, s’assurer une bonne santé cardiaque et musculaire ».

Une démonstration que la physiologiste a réussi à faire avec Robert Marchand. Grâce à l’exercice, son volume d’oxygène maximum est passé de 15 à 38 ml/min/kg. Et sa fréquence cardiaque maximale est de 157 battements par min. Concrètement, à 102 ans, il a la puissance énergétique d’un homme de 45. Les chercheurs ont aussi mis en évidence un déclin des performances avec l’âge moins important pour le cyclisme en comparaison de l’athlétisme ou de la natation. Cela est dû à la nature même de ce sport, indique l'équipe. 

Ecoutez...
Romuald Lepers, chercheur à l'Inserm : « On peut s'entraîner en cyclisme relativement tard dans les années. Ce n'est pas un sport traumatisant contrairement à la course à pied. Il est facile à entretenir avec l'âge... »

 

Lutter contre les effets du vieillissement 

Ces travaux publiés récemment dans la revue Age and Ageing offrent de nouvelles perspectives pour mieux comprendre comment le corps humain peut lutter contre les effets délétères du vieillissement. Les prochains travaux menés par ces chercheurs bourguignons auront pour objectif de répondre à plusieurs questions : quel est le passé de ces champions, ont-ils toujours été sportifs, à quel âge a commencé leur activité physique ? « Ces champions centenaires sont des exemples pour les autres personnes âgées, il faut comprendre comment ils en sont arrivés là », conclut Romuald Lepers.

Ecoutez...
Romuald Lepers : « Ca nécessite une génétique qui est très bonne. Mais nous chercherons aussi à savoir s'ils suivent un régime alimentaire particulier... »

 

(1) Unité Inserm 1093 « Cognition, Action et Plasticité Sensorimotrice » à l’Université de Bourgogne

(2) Le laboratoire d'Unité de Biologie Intégrative des Adaptations à l’Exercice qui dépend de l’INSERM et du Génopole d’Evry (Essonne) 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité