Publicité

QUESTION D'ACTU

Instinct parental

Les pleurs des bébés affectent le cerveau des parents

Les pleurs des bébés modifient le cerveau des parents pour qu'ils répondent rapidement à leurs besoins. Ils participeraient à la formation de l'instinct parental.

Les pleurs des bébés affectent le cerveau des parents martinan/epictura

  • Publié 24.05.2016 à 17h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Fatigue, colique, faim, couche sale… Un bébé a d’innombrables raisons de pleurer, et c’est normal. A cet-âge là, les pleurs et les cris sont ces seules armes pour se faire entendre. Ils sont le moyen le plus efficace pour appeler la mère. Ils provoqueraient même une montée de lait chez celle-ci.
Mais ces plaintes déchirantes ne commandent pas seulement l’attention des parents, elles affecteraient aussi leurs fonctions cognitives, selon une étude présentée la semaine dernière dans la revue PLOS One.

Des chercheurs de l’université de Toronto (Etats-Unis) ont en effet observé que les cris du nourrisson modifient les processus neuronaux et cognitifs que nous utilisons chaque jour pour prendre une décision. « L’instinct parental semble être programmé, pourtant personne ne parle de sa dimension cognitive, relève David Haley, co-auteur de l’étude et professeur de psychologie.

L’équipe canadienne s’est donc penchée sur l’impact des pleurs et des rires des tout-petits sur le cerveau des parents et leur capacité à prendre une décision. Les chercheurs ont donc mis en place 2 expériences au cours desquelles les participants devaient rapidement identifier la couleur d’un mot imprimé (exemple : si le mot chaise était écrit en rouge, ils devaient dire rouge).
Lors de la première expérience, les volontaires ont du réalisé ce test tandis que des bébés pleuraient ou riaient. Lors de la seconde expérience, le test a été effectué après avoir entendu des cris ou des rires de nourrissons. Tout au long de l’expérimentation, l’activité cérébrale des participants a été enregistrée par électroencéphalographie (EEG).

Agilité cognitive

Le tracé obtenu montre que les pleurs réduisent l’attention des parents et déclenche un conflit cognitif, une compétence essentielle à l’apprentissage et à la prise de décision. A l’inverse, ces effets ne sont pas notés lorsque les participants ont entendu des rires. « Les parents prennent constamment des décisions et reçoivent de multiples demandes concurrentes. Ils peuvent être en train de faire le ménage lorsqu’on sonne à la porte et que le bébé se mette à pleurer. Comment rester calme et collecter toutes ces informations, comment savent-ils à quel moment il faut s’occuper de l’enfant ? », s’interroge Joanna Dudek, responsable des travaux.

« C’est cette souplesse cognitive qui permet au parents de répondre rapidement à la détresse de leur enfant puis continuer leur activité quotidienne, ou au contraire l’ignorer un moment », explique David Haley. Cette conclusion s’ajoute à un nombre croissant de recherches qui suggèrent que les enfants occupent une place privilégiée dans le cerveau de leur parent. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité