Publicité

QUESTION D'ACTU

Mémoire et apprentissage

Encourager les tout-petits améliore leur développement cognitif

Le cerveau des enfants qui ont été encouragés et félicités par leur mère est mieux structuré pour l’apprentissage, la mémoire et pour faire face au stress.

Encourager les tout-petits améliore leur développement cognitif CITAlliance/Flickr

  • Publié 27.04.2016 à 09h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Lorsqu’on s’intéresse aux liens entre une mère et son jeune enfant, il semblerait que la carotte marche mieux que le bâton. Chez les enfants de 3 à 5 ans, les encouragements sont bien plus productifs que les remontrances ou la menace, d’après une étude de l’école de médecine de l’université de Washington, publiée dans PNAS. Les petits choyés développent de meilleures qualités d’apprentissage et de mémoire, et sont moins sujets au stress plus tard dans leur vie.

Les chercheurs ont observé les interactions de 127 couples mère-enfant. La mère devait remplir une tâche demandant de l’attention alors que le bébé recevait un cadeau qu’il n’avait pas le droit d’ouvrir. En fonction de la capacité parentale à gérer la tâche et à rassurer l’enfant un peu stressé par cette situation frustrante (impuissance face au cadeau, et une mère occupée), ils les ont catégorisés selon le support et le niveau d’attention et d’encouragements fournis.

L’hippocampe, centre du développement

En observant l’évolution des scanners cérébraux des enfants jusqu’à leur adolescence, ils ont remarqué que l’hippocampe des enfants les plus encouragés se développait plus que celui des autres. Il croît deux fois plus rapidement.

L’âge des participants est aussi primordial. C’est dans cette période de leur développement, lorsqu’ils sont âgés de 3 à 5 ans, que l’impact est le plus important. Chez les enfants un peu plus âgés, la corrélation est moins significative.

« L’étude suggère qu’il existe une période particulière durant laquelle le cerveau répond plus au soutien maternel, explique l’auteur principale de l’étude, le Dr Joan Luby, pédopsychiatre de l’université de Washington. Nous pensons que cela est dû à une plasticité accrue du cerveau lorsque les enfants sont jeunes, ce qui implique qu’ils sont plus affectés par les expériences les plus précoces. Il est donc vital que les enfants reçoivent support et encouragements pendant cette période. »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité