Publicité

QUESTION D'ACTU

A partir de cellules souches

Des chercheurs créent une peau artificielle avec des poils

Des chercheurs japonais du groupe RIKEN sont parvenus à synthétiser de la peau avec ongles et follicules pileux chez la souris.

Des chercheurs créent une peau artificielle avec des poils Takashi Tsuji, RIKEN, CC

  • Publié 06.04.2016 à 09h05
  • |
  • |
  • |
  • |


De la peau, avec poils et ongles, créée à partir de cellules de gencives, et dont la transplantation sur la souris a parfaitement fonctionné. Voilà la prouesse qu’ont réalisée des chercheurs du RIKEN, l’institut de recherche scientifique japonais, dont l’article a été publié dans Science Advances. Une fois implanté, le greffon a correctement réalisé les connexions nerveuses et musculaires.

Les scientifiques nippons ont utilisé les cellules iPS, issues de cellules classiques et transformées pour devenir des cellules pluripotentes. Celles-ci peuvent être « programmées » pour créer plusieurs types de cellules, comme celles de l’épiderme par exemple.

Les cellules prélevées dans la gencive des souris ont été chimiquement transformées en iPS, cultivées en laboratoire puis implantées dans des souris dépourvues de système immunitaire. Elles se sont multipliées et différenciées. Lorsque celles qui intéressaient les chercheurs sont apparues, ils les ont prélevées, et implantées sur la peau d’autres souris. Le greffon s’est naturellement intégré à l’organisme des receveuses finales.

Cultiver des organes entiers en laboratoire

« Jusqu’à présent, le développement de peau artificielle était pénalisé par le fait qu’il y manquait des organes importants, comme les follicules pileux et les glandes exocrines (sébacées ou sudoripares par exemple ndlr), qui assurent le rôle important de la peau dans la régulation, explique Takashi Tsuji du RIKEN. Nous sommes parvenus à créer de la peau qui imite les fonctions de tissus normaux. »

Ces résultats prometteurs suggèrent qu’il serait possible de « cultiver » de la peau pour des greffes sur les grands brûlés ou d’autres patients qui en auraient besoin. « Nous nous rapprochons du rêve de la création d’organes naturels en laboratoire, ajoute le chercheur. Nous pensons aussi que les tissus développés de cette manière pourraient être utilisés comme solution alternative aux tests de produits chimiques sur les animaux. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité