Publicité

QUESTION D'ACTU

Gène SAMMSON

Mélanome : une protéine pourrait permettre de contrôler la tumeur

Des chercheurs belges ont identifié une molécule présente dans 90 % des cellules des mélanomes qui pourrait être une cible thérapeutique de choix.

Mélanome : une protéine pourrait permettre de contrôler la tumeur Un gène "poubelle" serait responsable des mélanomes (Stocklib / Tatiana Shepeleva)

  • Publié 24.03.2016 à 12h18
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une avancée qui pourrait bien s’avérer capitale dans la lutte contre les mélanomes malins qu’a réalisée une équipe de chercheurs belges. Dans un article, publié dans la revue Nature, ils affirment avoir identifié une molécule présente dans 90 % des cellules cancéreuses de la peau, et absente dans les cellules saines. Elle serait issue de l’expression d’un brin d’ADN.

Dans le génome humain, seule une infime partie de l’ADN mène à la synthèse de protéines qui régulent les processus métaboliques. Pendant longtemps, les scientifiques pensaient que le reste était un ADN « poubelle », une sorte de vestige de l’évolution qui ne servait pas à grand-chose.

Mais depuis quelques années, les scientifiques se sont intéressés à son utilité. Le Pr Jean-Christophe Marine de l’institut de biotechnologie belge VIB, le Pr Pieter Mestdagh de l’Université de Gand (Belgique) et leurs équipes ont étudié l’un de ces gènes en particulier, nommé SAMMSON. Ils se sont aperçus que la molécule qu’il codait est associée de manière très significative avec les mélanomes malins.

Les mélanomes sont addicts à SAMMSON

« SAMMSON est totalement absent des cellules normales de la peau, et de toutes celles des tissus adultes, explique le Pr Mestdagh. Cette expression unique nous pousse à émettre l’hypothèse que ce gène puisse jouer un rôle important dans les causes du mélanome. »

La molécules codée est donc présente uniquement dans les cellules cancéreuses, et plus sa concentration est forte, plus le cancer est agressif. Plus important pour un éventuel traitement : lorsque ce gène est inhibé, les cellules cancéreuses commencent à mourir en grandes quantités, et très rapidement.

Les chercheurs parlent d’« addiction » des cellules des mélanomes à SAMMSON. « Que ce soit in vitro ou lors des études pré-cliniques sur les souris, nous avons montré que lorsqu’on bloquait SAMMSON, il était possible de réduire considérablement la croissance des mélanomes, ajoute le Pr Marine. L’addiction à ce gène est une vulnérabilité que nous pouvons combattre avec une thérapie ciblée, qui n’affecte pas les cellules normales ».

Les scientifiques belges restent cependant prudents et rappellent que ces résultats sont préliminaires, mais ils envisagent déjà des études toxicologiques sur l’inhibiteur du gène, et ont entamé des négociations avec des partenaires industriels.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité