Publicité

QUESTION D'ACTU

Modélisation au Royaume-Uni

Obésité : réduire le sucre dans les sodas éviterait 1,5 million de cas

Réduire de 40 % la concentration de sucres dans les boissons serait efficace contre le surpoids et l'obésité. Cela permettrait d'éviter 1,5 million de cas au Royaume-Uni.

Obésité : réduire le sucre dans les sodas éviterait 1,5 million de cas PRM/SIPA

  • Publié 07.01.2016 à 13h07
  • |
  • |
  • |
  • |


La lutte contre l’obésité passe par celle contre le sucre. En réduisant la quantité de glucides dans les sodas, jus de fruits et autres boissons sucrées, le nombre de personnes présentant un surpoids devrait reculer. C’est ce qu’établissent quatre chercheurs britanniques et chinois dans le Lancet Diabetes & Endocrinology. Avant de parvenir à cette conclusion, ils ont réalisé une modélisation de l’impact d’une mesure a priori simple : réduire graduellement de 40 % la quantité de sucres libres dans ces liquides sur une période de cinq ans.

Les molécules ciblées par les auteurs sont de trois ordres : les monosaccharides, les disaccharides et les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops et les jus de fruits. En s’y attaquant, ils partent d’un constat simple : au cours des dix dernières années, la courbe du surpoids et de l’obésité a grimpé en flèche… presque au même rythme que celle de la consommation de boissons sucrées.

Evolution de l’obésité et de la consommation de boissons sucrées (2005-2013)

Source : The Lancet Diabetes & Endocrinology

500 000 surpoids évités

Réduire l’apport en sucre de 40 % dans les sodas et jus de fruits permettrait de lutter en partie contre le surpoids des Britanniques. L’IMC de la population devrait baisser de 1,5 %. Une réduction a priori minime, mais son impact sur la santé est bien réel.

Sur une durée de 5 ans, cette mesure se traduit par 38,4 calories consommées en moins chaque jour et 1,20 kg de moins sur la balance, pour les adultes. 500 000 cas de surpoids et 1 million de cas d’obésité seraient donc évités grâce à cette mesure. S’y ajoute un effet indirect : 300 000 cas de diabète de type 2 pourraient être évités.

Les populations jeunes et à faible revenu – qui consomment le plus de boissons sucrées – sont celles qui tireraient le plus de bénéfices par une telle réduction des glucides, même en excluant les jus de fruits.

Peu d’impact sur le goût

Les becs sucrés peuvent se rassurer : moins sucrer sodas et jus de fruits ne devrait pas affecter leur goût. En effet, les chercheurs ont bien réfléchi avant de proposer leur modèle. Ils suggèrent d’opérer cette mesure graduellement sur 5 ans pour une raison très précise : chez l’être humain, le goût du sucre peut s’adapter à de légères modifications. « Il est peu probable que la stratégie que nous proposons influence les choix du consommateurs », estiment-ils.

Les conséquences pour l’industrie sont également minimes : non seulement les particuliers ne devraient pas « compenser » par d’autres sources sucrées, mais en plus la méthode n’entraîne pas de surcoût. D’ailleurs, certains supermarchés britanniques ont déjà accepté de jouer le jeu. Mais pour parvenir à cet objectif, rappellent les chercheurs, encore faut-il définir un seuil unique. Car de fortes disparités existent entre les différents produits.

D’autres mesures sont aussi nécessaires en complément, souligne le Dr Tim Lobstein en commentaire de cette étude. Il suggère notamment de taxer les boissons sucrées. Une mesure efficace puisqu’une taxe de 10 % réduirait de 13 % leur consommation.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité