Publicité

QUESTION D'ACTU

Les conseils de la CRIIRAD

Pendentifs "radioactifs" : repérer les produits suspects

Des pendentifs "énergétiques" censés préserver la santé de ceux qui les portent les exposent en réalité à des risques de cancer. Voici les conseils pour repérer les produits à risque.

Pendentifs \ Capture d'écran YouTube (vidéo de la CRIIRAD)

  • Publié 13.12.2015 à 22h13
  • |
  • |
  • |
  • |


Des pendentifs dits « énergétiques » sont censés apporter bien-être et santé aux consommateurs grâce aux émissions d’ions négatifsqu’ils produisent. Les notices de présentation soulignent qu'ils peuvent être portés de jour comme de nuit, par des adultes ou des enfants. Rien ne met en garde contre la présence de radioactivité. Certains sites affirment même que ces objets ne sont pas radioactifs. Ils n’émettraient, d'après eux, « aucune radiation et en protègent au contraire ceux qui les portent ».

Des sites bidons puisque des analyses récentés effectuées par le laboratoire de la CRIIRAD (1) ont révélé tout le contraire. Les 5 objets contrôlés par l'association ont tous des niveaux de radioactivité naturelle anormalement élevés qui les apparentent à du minerai radioactif. « Pour le public, les risques associés à ces pendentifs sont avant tout des risques de cancer de la peau (sarcome) », précise le laboratoire. Ce dernier donne des conseils pour repérer les produits à risque. 

Les conseils pour repérer les produits à risque

Dans un communiqué de presse, il écrit qu' « il est difficile de savoir si les autorités parviendront à faire respecter la réglementation et combien de temps il faudra pour retirer tous les objets irradiants du marché ».

Il rajoute que « d’ici là, une lecture attentive des notices permet de recueillir des indices permettant de conclure à la présence probable de radioactivité ».

D'après la CRIIRAD, le plus probant est la mention de l’émission d’ions négatifs. Il s’agit d’une émission spontanée, sans recours à une source d’énergie extérieure (2) . Des photographies indiquent parfois le taux d’émission obtenu avec un appareil supposé compter les ions dont le détecteur est constitué par un tube Geiger-Müller.

Attention aux gravures « quantum science »

En premier lieu, les consommateurs peuvent donc considérer que, plus la valeur affichée est élevée, plus l’objet contient de radionucléides émetteurs de rayonnements bêta ou gamma. Il faut par ailleurs être attentif aux objets portant la gravure « quantum science », aux objets fabriqués à partir de « lave volcanique », selon une « technologie japonaise » et mentionnant l’émission d’énergie « scalaire » ou « quantique » (et parfois d’infrarouges lointains).

La présence de « tourmaline » dans la composition du produit doit aussi conduire à s’interroger car elle est souvent associée à des roches riches en uranium et en thorium.

Mais pour l'association de citoyens née en mai 1986 (au lendemain de la catastrophe de Tchernoby), il reste que les consommateurs ne devraient pas être obligés d’enquêter ou de s’équiper : « c’est à l’Etat de garantir l’innocuité des produits mis en vente », s'indigne-t-elle.

En cas de doute sur un produit, elle appelle à ne pas hésiter à solliciter l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ou la DGCCRF (3) . « La CRIIRAD sera attentive aux suites qui seront données à ses demandes et se réserve le droit de saisir la justice si ses interventions demeuraient sans effet », conclut-elle.

Source : vidéo YouTube

(1) Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité 

(2) Ne pas confondre avec les appareils électriques vendus comme ionisateurs d’air qui ne mettent pas en œuvre de matières radioactives

(3) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité