Publicité

QUESTION D'ACTU

Fiche mémo de la HAS

Dépakine : pas d'interdiction, mais des prescriptions mieux encadrées

La HAS publie une fiche d'alternatives au valproate de sodium à destination des prescripteurs. En raison d'effets tératogènes, la molécule ne doit pas être prescrite chez les femmes en âge de procréer.

Dépakine : pas d'interdiction, mais des prescriptions mieux encadrées CLOSON/ISOPIX/SIPA

  • Publié 10.12.2015 à 10h50
  • |
  • |
  • |
  • |


En France, la Dépakine serait prescrite  à 80 000 femmes en âge de procréer, pour traiter l'épilepsie notamment. Une conduite à risque pour celles qui tombent enceintes, car le valproate de sodium et ses dérivés sont les plus tératogènes des anticonvulsivants et des thymorégulateurs. Pendant la grossesse, ils exposent l'enfant à un risque de malformations congénitales et à un risque élevé de troubles graves neuro-développementaux.

En raison de ces dangers, ces spécialités ne doivent pas être prescrites chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives thérapeutiques, indiquent les autorités sanitaires. 
Dans ce contexte, la Haute Autorité de Santé (qui édicte les recommandations en matière de pratique médicale) a publié ce mercredi, en lien avec l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), une fiche mémo à destination des prescripteurs. Elle expose les recommandations de prise en charge thérapeutique alternatives au valproate.

Pour les patientes déjà sous dépakine

Pour les patientes déjà traitées par l'acide valproïque, pour des troubles bipolaires ou de l'épilepsie, la HAS recommande tout d'abord de ne pas arrêter brutalement le traitement, et d'instaurer un nouveau médicament après avis spécialisé en urgence (pyschiatre pour les troubles bipolaires et neurologue pour l’épilepsie), et de faire réaliser une visite pré-conceptionnelle ou une consultation de grossesse.



D'autres médicaments existent en 1ère intention 

S'agissant de la prise en charge thérapeutique des filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes ayant un trouble bipolaire, la HAS propose d'autres traitements des épisodes maniaques.
Parmi eux, on peut citer un thymorégulateur (le lithium), qui devra être arrêté en prévision ou en cas de grossesse après avis spécialisé ; des antipsychotiques atypiques (l’olanzapine, la rispéridone, l’aripiprazole, et la quetiapine), ou encore d'’autres traitements qui peuvent être envisagés en deuxième intention : la carbamazépine (risque tératogène), l’oxcarbazépine (hors AMM), les neuroleptiques conventionnels (hors AMM), etc...

Prescriptions différentes selon l'épilepsie

Enfin, pour la prise en charge thérapeutique des filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes ayant une épilepsie focale, localisée dans une seule région du cerveau, la lamotrigine, la carbamazépine (risque tératogène), le lévétiracetam et l’oxcarbazépine sont désormais recommandés en première intention.

Pour l'épilepsie généralisée, qui s'accompagne d'une perte de connaissance avec chute et contracture, la lamotrigine est à privilégier.

Pour tous ces médicaments, la prescription initiale annuelle est réservée aux spécialistes en neurologie, psychiatrie ou pédiatrie et requiert le recueil d’un accord de soins après information de la patiente.
Seul le renouvellement peut être effectué par le médecin traitant, dans la limite de un an au terme duquel une réévaluation du traitement par le spécialiste est requise.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité