Publicité

QUESTION D'ACTU

Lésion d'une articulation

Un implant vivant et en 3D pour régénérer le cartilage

Un implant "vivant" 3D permettrait de reconstituer une articulation abimée. Un essai clinique pourrait démarrer en 2016 sur des patients avec des lésions au niveau du genou.

Un implant vivant et en 3D pour régénérer le cartilage Biomécanique de la pathologie ostéoarticulaire - Reconstruction en trois dimensions du genou. Discrétisation du modèle par la méthode des éléments finis. En tous ces points on va effectuer des calculs. © Inserm, MC Hobatho

  • Publié 13.10.2015 à 18h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Un implant « vivant » et en trois dimensions (3D) pour soigner les articulations abimées ? C'est l'objectif que s'est fixé une équipe de chercheurs Inserm spécialisés en nanomédecine régénérative, travaillant sous la direction de Nadia Benkirane-Jessel (1).

Vivant et en 3D 

Pour y arriver, ces scientifiques ont d'abord imaginé une nouvelle approche d’implant ostéo-articulaire, créant un dispositif composé de deux compartiments. Le premier est une membrane nanofibreuse, à base de collagène ou de polymères, dotée de nanoréservoirs de facteurs de croissance osseux. Ces derniers favorisent la réparation de l’os. 
Le second compartiment est une couche d’hydrogel (alginate) renfermant de l’acide hyaluronique et des cellules souches dérivées de la moelle osseuse du patient. Eux favorisent la régénération du cartilage.

Pour s'imaginer comment le dispositif prend vie, la chercheuse Nadia Benkirane-Jessel explique en détail le procédé : « Imaginez la membrane nanofibreuse comme une feuille de papier déposée par le chirurgien sur l’os abimé. Immédiatement après, il dépose la seconde couche contenant les cellules souches et termine son intervention. Ensuite, le travail se fait seul ! L’objectif est d’obtenir une régénération totale de l’articulation -os sous-chondral et cartilage- dans les mois qui suivent », raconte-t-elle dans un communiqué de presse de l'Inserm.
A présent, vous comprenez mieux l'expression d'implant "vivant" et en 3D !

 

Un premier essai clinique en 2016

Bonne nouvelle pour les patients atteints de lésion ou de dégénérescence d'une articulation, les matériaux utilisés dans cet implant sont (presque) déjà tous autorisés par les autorités de santé et utilisés en clinique.
Début 2016, la start-up, ARTiOS Nanomed SAS, qui a breveté cet implant, va donc faire une demande de financement dans le cadre des programmes européens de recherche Horizon 2020, afin d’être en mesure de lancer un premier essai chez l’Homme.
Celui-ci prévoit d'inclure 62 patients présentant des lésions du genou, dans trois pays dont la France. « Nous pourrons ainsi tester la faisabilité, la sécurité et l’efficacité de notre implant sur cette articulation et dans une population homogène, avant d’étendre nos travaux à d’autres articulations », conclut la chercheuse. L'espoir de l'étendre à d'autres indications est donc permis ! 

(1) Unité 1109 Inserm/Université de Strasbourg

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité