Publicité

QUESTION D'ACTU

En Ile-de-France

Leucémie : un risque accru pour les enfants vivant près des grands axes

La fréquence des leucémies aigües myéloïdes serait 30 % plus élevée chez les enfants vivant à moins de 150 mètres des axes routiers à circulation dense.

Leucémie : un risque accru pour les enfants vivant près des grands axes JPDN/SIPA

  • Publié 16.09.2015 à 19h14
  • |
  • |
  • |
  • |


Les enfants franciliens habitant près des grands axes routiers ont deux fois plus de risques de développer une leucémie aigüe myéloïde que les autres enfants, révèle une étude française menée par des chercheurs de l’Inserm et parue ce mardi dans American Journal of Epidemiology.

En France, près de 1 700 enfants de moins de 15 ans souffrent d’un cancer chaque année. Avec 400 nouveaux cas tous les ans, la leucémie aigüe lymphoblastique (LAL) est sans nul doute le cancer le plus fréquent chez les jeunes patients, loin devant les 70 cas de leucémie aigüe myéloïde (LAM). Pour ces deux maladies du sang, les causes sont encore mal connues. Néanmoins, les spécialistes suspectent des facteurs génétiques et environnementaux, comme les pesticides ou le benzène.

Des taux de benzène élevés près des routes

Produit par les industries, la combustion d’une cigarette ou encore le transport routier et les stations-service, le benzène est un composé extrêmement surveillé et son emploi soumis à une réglementation stricte. « On sait depuis longtemps que le benzène, reconnu comme cancérogène par le Centre international de recherche sur le Cancer (CIRC), est lié à un risque accru de leucémie aigüe myéloïde », rappelle à Pourquoidocteur Denis Hémon, directeur de recherche Inserm et auteur de cette étude.

L’association Airparif, chargée de surveiller la qualité de l’air en Ile-de-France, indique que les niveaux de benzène diminuent lentement depuis la fin des années 1990, en particulier le long des routes. Mais malgré tout, les axes routiers ne répondent toujours pas aux objectifs de qualité. « D’une manière générale, ce sont environ 100 000 Franciliens habitant au voisinage d'un grand axe du trafic routier, qui sont potentiellement concernés par le dépassement de l’objectif annuel de qualité pour le benzène », relève Airparif.

Pour les besoins de leurs travaux, les chercheurs de l’Inserm ont exploité ces données. Ils ont également pris en compte la totalité des 2 760 cas de leucémies, dont 418 cas de LAM, diagnostiquées chez des enfants entre 2002 et 2007, qu’ils ont comparé à 30 000 enfants en bonne santé.

Un lien confirmé entre LAM et benzène

Les résultats montrent que la fréquence des leucémies myéloblastiques serait plus élevée de 30 % chez les enfants habitant à moins de 150 mètres des routes à fort trafic. De plus, les scientifiques ont observé que le risque est doublé pour les enfants vivant à proximité de ces axes et exposés toute l’année à une concentration moyenne de benzène de 1,3 microgramme par m 3. Actuellement, la valeur limite est de 5 microgrammes par m3 et l’objectif de qualité de 2 microgrammes par m3.

« Une vingtaine d’études ont déjà été réalisées sur le sujet, mais les observations divergeaient. Certains travaux d’ampleur ont conclu à un lien entre l’exposition au benzène et les leucémies, alors que des études menées sur des échantillons plus petits n’arrivaient pas à la même conclusion », relève Denis Hémon, avant d’ajouter que l’étude française est la plus importante menée jusqu'ici.

Après avoir confirmé cette association entre benzène et risque accru de LAM, les chercheurs français vont maintenant étendre leurs travaux à l’échelle nationale. Là encore, ils utiliseront les données de surveillance de la qualité de l’air dans les grandes villes (Lyon, Marseille ou encore Strasbourg).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité