Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de la Fédération hospitalière de France

Exclusif : près d'un hôpital sur deux est confronté à des problèmes de laïcité

Selon un rapport de la Fédération Hospitalière de France sur la laïcité, 43 % des hôpitaux remontent des problématiques avec des usagers. Et 30 % avec des professionnels. 

Exclusif  : près d'un hôpital sur deux est confronté à des problèmes de laïcité GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 29.06.2015 à 07h57
  • |
  • |
  • |
  • |


La laïcité, principe constitutionnel, est-elle respectée à l'hôpital ? C'est la question à laquelle répond la Fédération Hospitalière de France (FHF) dans un rapport que s'est procuré, en exclusivité, Pourquoidocteur.
Grâce à 172 réponses exploitables, la Commission des Usagers fait remonter toutes les atteintes à l'article 1 de la Constitution qui implique, d'une part, que tous les patients soient traités de la même façon quelles que soient leurs croyances religieuses, et d'autre part, que les patients ne puissent douter de la neutralité des agents hospitaliers.

 

Une préoccupation mineure des hôpitaux 

Sur la méthode, parmi les 172 répondants à un questionnaire (mars 2015), on trouve 47 établissements sanitaires, 60 médico-sociaux publics et 65 qui cumulent les deux activités. Les strucutures médico- sociales prennent en charge des personnes en situation de précarité, d’exclusion, de handicap ou de dépendance.

Première conclusion, appliquer la laïcité ne fait pas partie des préoccupations majeures des établissements. Ceux qui ont mis en oeuvre une charte de la laïcité (33,8 %), un correspondant laïcité (26,2 %), une formation pour les professionnels (15,4 %) sont en effet une minorité. Seule la mise en place d'un lieu multiculturel semble respectée (64,6 %).  
Dans ces manquements, il faut toutefois souligner, qu'à chaque fois, les hôpitaux font mieux que les EHPAD (1) ou autres maisons de retraite.

 

Les problèmes avec les usagers 

De ce fait sûrement, un tiers des des établissements remonte des « problématiques » avec des usagers. 43 % des hôpitaux y sont confrontés contre 25 % des établissements médico-sociaux. Elles portent sur le respect des croyances par les soignants et l'institution, la non prise en compte d'une alimentation adaptée, la pratique du culte, ou encore le prosélytisme.  

Ces situations se produisent moins souvent parmi les professionnels. 30 % des hôpitaux et à peine 8 % des structures médico-sociales ont dû gérer des situations problématiques pour faire respecter la laïcité.
Elles portent principalement sur les signes extérieurs d'appartenance à une communauté religieuse (croix et voiles) avec refus de les enlever.
Les évènements récents (attentats du 11 janvier à Paris) ont pu être également source de tensions entre communautés. Enfin, il existe toujours des difficultés à répondre favorablement à des demandes d'aménagement des organisations, par exemple pendant le Ramadan.

Face à toutes ces problématiques, les auteurs soulignent cependant que « beaucoup de répondants insistent sur le caractère isolé de ces problèmes ». Ainsi, « la plupart des situations semblent pouvoir être traitées par le dialogue et avec des positions qui ne sont pas jusqu'au boutistes ».
Certaines problématiques sont même partagées par les professionnels et les usagers comme celles liées aux lieux de culte et à l'alimentation. 

(1) Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Les propositions formulées par la FHF

Pour tenter de pacifier les relations dans les hôpitaux, la FHF fait plusieurs propositions. Elle appelle tout d'abord à mieux observer : par exemple, en mettant en place systématiquement des référents laïcité dans les établissements sanitaires et dans les établissements médico-sociaux publics. Aujourd'hui, 1 répondant sur 5 seulement s'y est employé.
La Fédération recommande aussi de mieux former les personnels des établissements, mais aussi les aumôniers (1 sur 10 aujourd'hui).
De plus, la FHF demande à l’Observatoire de la laïcité de produire un guide pratique sur les situations « classiques » pour les anticiper, et sur la base de retours d’expériences de créer un lexique des termes à « éviter » ou à « promouvoir » pour favoriser le vivre ensemble.
Enfin, elle appelle à privilégier la mise à disposition de lieux de recueillement plutôt que lieux de cultes, et partager les bonnes pratiques relatives à leur bonne gestion (règlement intérieur, conditions d’accès...) . C'est déjà le cas dans 6 établissements sur 10.

 

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité