Publicité

QUESTION D'ACTU

Congrès d'addictologie Albatros

Alcool : les enfants de trois ans, déjà fins connaisseurs

Les enfants de trois à six ans parviennent à identifier les marques d'alcool et les raisons de consommer, selon une étude suisse présentée au congrès d'addictologie de l'Albatros. 

Alcool : les enfants de trois ans, déjà fins connaisseurs James McCauley / Rex Fe/REX/SIPA

  • Publié 12.06.2015 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Si jeunes, et déjà experts. En matière d’alcool, les tout-petits en connaissent un rayon. Tel est le constat d’une étude menée en Suisse et présentée au Congrès d’Addictologie de l'Albatros, qui se déroule à la Maison de la Mutualité à Paris les 11 et 12 juin.

Quelques heures après l'adoption à l'Assemblée d' un amendement visant à assouplir la loi sur la promotion de l’alcool, Emmanuel Kuntsche, chercheur à Addiction Suisse (Lausanne), a exposé ce jeudi les résultats de travaux menés sur les 3-6 ans afin d’interroger leurs connaissances et leurs représentations sociales liées à l’alcool.

Des enfants formatés pour boire ?

« L’idée m’est venue lorsque ma femme s’est servi une bière, un soir, explique Emmanuel Kuntsche à Pourquoi Docteur. Ma fille s’est exclamée : ‘mais tu n’as pas le droit ! C’est pour les papas, l’alcool !’ » Sidéré de constater les schémas préétablis de son enfant de 5 ans, le chercheur a décidé d’investiguer ce champ délaissé de la science.

Pour les besoins de l’étude, 310 enfants ont été recrutés et soumis à des jeux d’association par le biais d’un écran tactile. Des situations quotidiennes leur étaient présentées. Les sujets devaient déterminer ce que les adultes étaient en train de boire, selon les situations sociales (dîner, fête…).

Selon les résultats de ces tests, à six ans, plus de quatre enfants sur cinq étaient capables de distinguer si une boisson contenait de l’alcool, et plus de la moitié identifiait le nom de la marque. « L’alcool constitue déjà une norme sociale à cet âge, ce qui pose la question d’un éventuel facteur de risque au moment de l’adolescence », précise Emmanuel Kuntsche. En fait, dès que l’enfant est en âge de parler et d’analyser, il se forge une représentation de l’alcool.

Ecoutez...
Emmanuel Kuntsche, chercheur à Addiction Suisse : « Les enfants sont très attentifs aux éléments autour d’eux. Or, l’alcool fait partie de leur quotidien – dans la rue, à la télévision, au sein de la famille… »

L’état d’ivresse identifié

Offrir une larme de vin au dîner à ses enfants, « pour éduquer le goût » procèderait donc d’une banalisation dangereuse. « Ce n’est pas tant une question de dégât corporel que de signal donné aux enfants, insiste Emmanuel Kuntsche. Même s’il ne s’agit pas pour les parents de boire en cachette ! ». De fait, ces résultats semblent indiquer la nécessité de limiter l’exposition des enfants aux produits alcoolisés, mais surtout de prodiguer très tôt des messages de prévention.

D’autant plus que ces jeunes sujets semblent déjà capables d’identifier la raison pour laquelle les adultes boivent. « Ils comprennent rapidement que les fêtes sont associées à des quantités importantes d’alcool, par exemple. Ils perçoivent aussi que le but recherché est d’altérer son état ».

Ecoutez...
Emmanuel Kuntsche, chercheur à Addiction Suisse : « Les enfants identifient des facteurs émotionnels liés à la consommation d’alcool - si les adultes deviennent plus tristes, plus heureux... »

Pour déterminer si cette connaissance a un impact sur la consommation développée à l’adolescence et à l’âge adulte, le chercheur suivra cette petite cohorte à travers les années. Les résultats de cette étude devraient être publiés d'ici deux mois. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité