Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude de la Harvard Medical School

Cancer de la prostate : les orgasmes réduisent le risque

Des chercheurs de l'université d'Harvard ont démontré qu'un homme qui a plus de 21 orgasmes par mois réduit de 22 % son risque de cancer de la prostate.

Cancer de la prostate : les orgasmes réduisent le risque SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 21.05.2015 à 19h37
  • |
  • |
  • |
  • |


Se faire du bien serait un excellent moyen de rester en bonne santé. Des chercheurs de la prestigieuse université américaine Harvard Medical School, ont constaté que les hommes qui ont des orgasmes régulièrement à la a quarantaine, voient leur risque de cancer de la prostate diminuer fortement.
Les résultats de cette étude ont été présentés à la réunion annuelle de l’Americain Urological Society, qui s’est tenue ce mois-ci à la Nouvelle-Orléans.

22 % de risque en moins

L’équipe de recherche a étudié, durant 18 ans, les comportements sexuels de plus de 32 000 hommes en bonne santé. Sur la totalité des volontaires, 3 839 ont développé un cancer de la prostate. Les chercheurs ont découvert que les hommes âgés entre 40 et 49 ans qui éjaculaient 21 fois par mois ou plus, réduisaient leur risque de cancer de la prostate de 22 %, que ceux qui n’éjaculaient que 7 fois dans le même laps de temps. Ce lien entre le nombre d’orgasmes et la probabilité d’apparition du cancer est indépendant des facteurs comme le régime alimentaire, le mode de vie et les antécédents familiaux.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Deux suppositions avancées

« Il ne faut pas interpréter ces résultats à la hâte », souligne cependant les chercheurs, qui n’arrivent toujours pas à expliquer pourquoi les orgasmes contribuent à réduire le risque de la maladie. Première hypothèse pour les scientifiques : l’éjaculation sert à évacuer les éléments chimiques présents dans la prostate et qui pourraient être cancérigènes.
Autre théorie, l’éjaculation entraine le renouvellement des cellules. Ainsi, l’orgasme masculin contribue à réduire le nombre de cellules vieillissantes plus fragiles et donc plus à risques de développer un cancer. Les recherches se poursuivent donc pour déterminer plus précisément les raisons biologiques pouvant expliquer ce lien de causalité.
Aujourd’hui, le cancer de la prostate est à l’origine de 15 % des cancers masculins.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité