Publicité

QUESTION D'ACTU

Objectif 50 % d'opérations en ambulatoire d'ici 2016

ENQUÊTE – 50 % de chirurgies réalisées en ambulatoire, c'est l'objectif du gouvernement. Mais pour le moment, le secteur public ne parvient qu'à 30 % d'interventions en hôpital de jour. Comment améliorer encore la prise en charge et l'accueil des patients ? Pourquoi Docteur analyse les points forts et les retards de ce mode de prise en charge.

Objectif 50 % d'opérations en ambulatoire d'ici 2016 Capture d'écran de la vidéo de l'Institut Curie

  • Publié 23.03.2015 à 06h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cancer du sein est encore relativement peu opéré en ambulatoire. Ce mode de prise en charge concerne surtout des interventions plus légères, celles touchant la cataracte ou le canal carpien principalement, selon un rapport de la Cour de comptes (PDF) paru en 2013. Le gouvernement a fait de l’ambulatoire une priorité, avec une politique d’incitation tarifaire qui valorise cette prise en charge et réduit les tarifs pour le patient.

« Le Plan Cancer a amélioré les choses, et notamment la communication entre les équipes, ajoute Séverine Alran. On a maintenant un nouveau parcours de soin, très cadré. L’ambulatoire, c’est le juste soin : on est dans le bon timing, et davantage la qualité de la coordination avec les anesthésistes, les infirmiers… »
A l’Institut Mutualiste Montsouris, la transition a mis plus de temps à s’imposer, mais l’équipe a fini par s’accoutumer.

 

Ecoutez Guylaine Rossel, cadre de santé à l’IMM : « Il a fallu amener le projet. Depuis un certain moment, c’est entré dans les habitudes de l’équipe soignante. »

 

La France est à la traîne

A l’image de ces deux instituts, le secteur privé est très en avance sur le public. Dans un rapport paru en janvier 2015, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) souligne qu’une opération sur deux est réalisée en ambulatoire en clinique… contre seulement 30 % dans le public. Les mesures censées favoriser cette prise en charge n’ont pas vraiment changé les choses.

Mais le retard est plus global : là où les pays d’Europe du Nord optent pour l’ambulatoire dans 65 % des cas, la France traîne à 43 %. Peut-être faut-il lorgner du côté des pathologies opérées en ambulatoire pour mieux comprendre cela. Les 12 chirurgies les plus courantes rassemblent 70 % des interventions réalisées en hôpital de jour.

 

 

L’objectif de Marisol Touraine (50 % en 2016) est un peu trop ambitieux pour l’Igas, mais pas irréalisable. Selon les inspecteurs, il devrait être atteint en 2018.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité