Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 200 000 Australiens

Activité physique : souffrir pour vivre plus longtemps

Pour vivre plus longtemps, mieux vaut se faire un peu de mal. Pratiquer un exercice physique d’intensité soutenue réduit de 9 à 13 % le risque de décès précoce.

Activité physique : souffrir pour vivre plus longtemps Don Campbell/AP/SIPA

  • Publié 07.04.2015 à 17h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Transpirer et être essoufflé vous permettra peut-être de vivre plus longtemps. Ces deux marqueurs de l’intensité de l’exercice physique sont associés à un risque réduit de décès prématuré. C’est le résultat d’une étude parue dans le JAMA Internal Medicine.

 

Risque réduit de 30 %

Le jogging et l’aérobic sont plus bénéfiques que la natation ou le tennis entre amis. Des chercheurs de l’université James-Cook (Australie) ont suivi 204 000 personnes de plus de 45 ans pendant 6 ans. Ils ont comparé leur activité physique, en fonction de l’intensité, et leur état de santé. Plus d’un participant sur deux ne pratiquait aucun exercice soutenu – c’est-à-dire entraînant un léger essoufflement et une transpiration.

 

Augmenter l’intensité de son activité est pourtant bénéfique. Les participants dont les exercices étaient soutenus ont vu, dans plus de 30 % des cas, leur risque de décès prématuré réduit de 13 %. Sans se montrer aussi ambitieux, pimenter un peu ses habitudes réduit de 9 % ce risque. « Les bienfaits d’une activité physique vigoureuse sont valables pour les hommes et les femmes de tout âge, et sont indépendants du temps passé à être actif, souligne le Dr Klaus Gebel, co-auteur de l’étude. Les résultats indiquent que, obèse ou non, diabétiques ou non, malade cardiaque ou non, si vous parvenez à pratiquer une activité physique vigoureuse, il y a des bénéfices significatifs pour votre longévité. »

 

75 minutes par semaine

Ces résultats devraient pousser les gouvernements à encourager une activité physique plus intense. En effet, de petites sessions d’effort soutenu suffisent à profiter à chacun. « Pour les personnes malades, âgées ou n’ayant jamais pratiqué d’activité physique vigoureuse, il est important d’en parler d’abord avec son médecin, conseille toutefois le Dr Gebel. Des études ont montré qu’un entraînement par intervalles, avec de petites poussées d’effort intense, est souvent accessible aux personnes âgées, y compris en surpoids ou obèses. »

Pour rappel, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de pratiquer chaque semaine 150 minutes d’activité d’intensité modérée ou 75 minutes d’activité vigoureuse.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité