Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude

Asthme : une maladie répandue chez les nageurs olympiques

Les nageurs olympiques sont particulièrement exposés au risque d'asthme, en raison de longs entraînements dans des eaux chlorées. La prévalence de la maladie est particulièrement élevée.

Asthme : une maladie répandue chez les nageurs olympiques NIVIERE/SIPA

  • Publié 03.04.2015 à 18h53
  • |
  • |
  • |
  • |


Les grands sportifs n’ont pas tous une santé de fer. Loin des idées reçues, une étude s’est penchée sur la prévalence de l’asthme parmi les nageurs olympiques. Elle montre que malgré les effets bénéfiques de l’entraînement, ces sportifs sont particulièrement exposés à cette pathologie respiratoire.

Les auteurs de cette étude, publiée dans la revue Journal of Allergy and Clinical Immunology, ont analysé les données de santé de tous les participants aux Championnats du Monde de Natation de 2005, 2007 et de 2009, ainsi qu’aux Jeux Olympiques de 2004 et 2008. Les disciplines sondées sont la brasse, la nage synchronisée, la plongée, le waterpolo et la nage en eau libre.

Sous-produits chlorés
Or, les scientifiques ont observé une forte prévalence de l’asthme chez ces athlètes. Parmi tous ces sports aquatiques, la nage semble être le plus risqué. En 2008, près d’un quart des nageurs de brasse, des nageurs en eau libre et des nageurs synchronisés, étaient asthmatiques.

En cause : l’intensité des entraînements en piscine, qui imposent de rester de longues heures dans l’eau. En effet, les nageurs sont beaucoup plus exposés aux sous-produits chlorés contenus dans l’eau de la piscine. Selon les auteurs, ce risque disparaît en s’entraînant dans des piscines sans chlore, dans les eaux d’un lac ou dans la mer.

Ces résultats ne sont par ailleurs pas homogènes selon les régions du monde. En effet, la prévalence est plus forte chez les athlètes d’Océanie, d’Europe et de l’Amérique du Nord que chez les sportifs asiatiques, africains et sud-américains. Une différence que les auteurs ne s’expliquent pas.

 

Champions asthmatiques...
« Les nageurs doivent surveiller certains symptômes – toux chronique, respiration coupée, sifflements respiratoires… En cas de survenue, ils doivent chercher une aide médicale et un traitement appropriés », écrivent les auteurs.

Malgré tout, l’asthme des nageurs n’empêche pas les grandes victoires. Parmi les athlètes asthmatiques, on peut en effet citer Dawn Fraser, triple championne olympique, qui a commencé la natation à 10 ans pour combattre, justement, ses crises. Amy Van Diken a remporté 4 médailles d'or, après avoir entendu que son asthme l’empêcherait d’être championne…

Les nageurs amateurs aussi exposés
Par ailleurs, les nageurs olympiques ne sont pas les seuls exposés au risque d’asthme. Les nageurs amateurs aussi subissent ces affres dans les bassins municipaux. En effet, une étude chinoise a montré, en mars 2014, qu’urine et piscine ne font pas bon ménage, même si l’association est fort répandue. Les produits chimiques de l’urine, lorsqu’ils se mêlent au chlore qui désinfecte l’eau, forment une nouvelle substance nocive. Ce chlorure de cyanogène provoque une inflammation semblable à l’asthme, et affecte les poumons, le cœur et le système nerveux central.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité