Publicité

QUESTION D'ACTU

Caverne ou taverne ?


  • Publié 11.06.2012 à 06h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les gazettes s’en font souvent l’écho en ce moment : une  des nouvelles lubies en matière de régime  est de prétendre que l’alimentation préhistorique conviendrait mieux à notre patrimoine génétique et nous mettrait à l’abri des maladies de civilisation…
C’est une des nouvelles lubies en matière de régime. Elle est très tendance, très « écho friendly ». Toutefois il y a peu de preuves pour préférer la caverne à la taverne ! C’est une théorie née aux Etats-Unis dans le milieu des années 80, qui prétend que le chasseur préhistorique sommeille encore en nous et que la période écoulée entre lui et l’être délicieux qui me donne la réplique est trop réduite pour que nos gènes aient réellement changés. Ce qui fait conclure que notre alimentation étant complètement différente, nous ne serions plus génétiquement adaptés à ce modèle  alimentaire moderne.

Laissez-moi résumer ; notre patrimoine génétique n’aurait pas évolué depuis des temps immémoriaux, alors que nos habitudes alimentaires ont changé.  Ce n’est pas idiot comme théorie ; Et cela va dans le discours à la mode : l’industrialisation, n’a pas que du bon !…
Oui, sauf que notre changement d’alimentation, c’est bien avant la phase industrielle ! C’est le passage du chasseur au berger qui est mis en cause. Dans le premier cas, des chasseurs-cueilleurs se nourrissant de viande et de produits végétaux. Dans le deuxième cas, la domestication des espèces animales et végétales, a donné naissance à une  alimentation enrichie en sucre, sel, céréales, produits laitiers… C’est de là que viendraient tous nos maux : diabète, obésité, maladies cardiovasculaires et pourquoi pas cancers…
D’où la solution du retour à l’alimentation ancestrale ! Avec des fruits et légumes frais, des fruits oléagineux comme les noix, noisettes ou  amandes,  et viandes maigres, poisson et fruits de mer. En revanche, on élimine les produits laitiers, céréales, graisses animales.
Pour agrémenter le menu,  rappelez-vous votre grotte familiale, quelques insectes et petits reptiles, quelques fleurs  et feuilles à volonté. L’ennui, c’est que le » régime paléolithique   n’existe pas. Il y a eu des régimes différents en 2 millions d’années, pour être honnête pas plus que depuis 20 ans dans le monde occidental, mais un certain nombre tout de même.
D’ailleurs l’imagination de nos diététiciens qui occupent largement la scène médiatique ces dernières semaines,  emprunte beaucoup  à ces périodes pendant lesquelles les climats et les ressources ont varié. Plusieurs espèces d’hommes, avec des habitudes alimentaires différentes.  Par exemple ce régime très riche en viande qui fait fureur en ce moment. Ce régime avec une première phase exclusivement à base de protéine, c’est-à-dire surtout  de viande… Cela a été longtemps la base d’alimentation  des chasseurs qui se gavaient de gibier dans la crainte de la famine qui n’était jamais très loin.
Puis, avec l’arrivée de l'Homo sapiens, on a intégré poissons et fruits de mer, mais  le régime de base reste dominé par la consommation de produits animaux.  Et notre alimentation variée, il ne faut pas se penser pas trop moderne date dans nos régions, de plusieurs millénaires, entre 9000-8000 et 5000 avant Jésus-Christ. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité