Publicité

QUESTION D'ACTU

Un sonomètre dans les discothèques pour protéger ses oreilles


  • Publié 04.10.2013 à 09h40
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est comme si une personne roulait dans une voiture sans compteur de vitesse sur une route limitée à 90 km ou à 130 km. Impossible pour le chauffeur de savoir s’il met sa vie en danger. Partant de ce constat, le Haut conseil de santé publique (HCSP) vient rendre un rapport sur les fortes expositions sonores dans les lieux publics. Proposition phare, relevée par Pauline Fréour dans Le Figaro : installer des sonomètres dans les discothèques qui affichent en temps réel le niveau sonore auquel la foule est exposée.
« Contrairement aux fameux “deux verres d’alcool” quand vient l’heure de prendre le volant, 105 dB, qui est la moyenne maximale autorisée dans une boîte de nuit, constituent un plafond beaucoup plus abstrait », explique dans le quotidien Yves Cazals, directeur de recherche à l’Inserm et en charge de ce rapport.

Mais loin de stigmatiser ou de vouloir interdire, ce rapport répond à sa double mission d’informer sur les dangers et de donner les outils pour se protéger. Ainsi, note la journaliste, ces sonomètres seraient accompagnés de messages tels que « Limites de risque : 91 dB/2 heures, 94 dB/1 heure, 100 dB/15 minutes, etc. Faites des pauses ». Distribution gratuite de bouchons d’oreilles en mousse, salles de repos avec niveau sonore limité complètent le dispositif proposé par le Haut conseil.

Des propositions de bon sens, saluent les ORL. « Nous recevons tous un nombre croissant de patients présentant des dégradations auditives de plus en plus précoces », constate le Dr Philippe de Gravi. Membre de la Société française d’ORL, ce spécialiste dénonce « la quasi-omniprésence du son numérique ». La compression fait ressortir les graves et les aigus. « Or les sons graves (…) ont la particularité de ne pas être directionnels, souligne la journaliste. Il est impossible de savoir d’où ils viennent et donc de s’en protéger en tournant la tête ».

Reste à savoir si ce rapport remis en septembre et « mis en ligne en toute discrétion » la semaine dernière, observe le journal, trouvera un écho favorable au ministère de la Santé !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité