Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans Pediatrics

Les pizzas font exploser le compteur calorique des enfants

Difficile d’y échapper : la pizza est peu chère et facile d’accès. Mais elle fait exploser l’apport calorique quotidien chez les enfants et adolescents. Elle augmente aussi le risque de maladies chroniques.

Les pizzas font exploser le compteur calorique des enfants La pizza : appétissante, accessible... mais peu diététique (Francis Joseph Dean/REX/REX/SIPA)

  • Publié 19.01.2015 à 18h42
  • |
  • |
  • |
  • |


La pizza, un petit plaisir qui peut devenir une mauvaise habitude. Une étude parue dans Pediatrics alerte sur ces petites bombes de calories, graisses et sel. Enfants et adolescents en consomment trop souvent, ce qui a un impact non négligeable sur l’équilibre nutritionnel quotidien.

 

Une pizza omniprésente

Chaque jour, aux Etats-Unis, un enfant sur cinq et un adolescent sur quatre mangent de la pizza. En repas ou en snack, cet aliment se caractérise par sa facilité d’accès. Entre soirées pizza, menus des cafétérias et jour pizza dans les cantines scolaires, « il est difficile d’y échapper, constate le Dr Yoni Freedhoof qui a collaboré à l’étude. Mais cela ne la rend pas saine. »

Pour évaluer l’impact de la pizza sur l’équilibre alimentaire des jeunes, une équipe de l’université de l’Illinois à Chicago (Etats-Unis) a analysé deux sondages nationaux (2003-04, 2009-10). Les familles de 14 000 enfants et adolescents (2 à 19 ans) ont signalé ce qu’avait mangé leur progéniture au cours des dernières 24 heures.

 

La pizza de la cantine marque un point

Sur la période suivie, la part de mineurs qui a mangé une pizza au dîner a reculé. Mais lorsqu’ils en mangent, l’apport calorique quotidien explose. Les enfants consomment 84 calories, 3 grammes de graisse saturée et 134 mg de sel en plus que la moyenne. Chez les adolescents, c’est un excès de 230 calories, 5 grammes de graisse saturée, 484 mg de sel qui est observé.

 

« Il n’y avait pas de différence d’impact sur les calories et les nutriments si les jeunes mangeaient une pizza de supermarché ou de fast-food, ce qui suggère que les efforts pour améliorer la qualité nutritionnelle des pizzas devrait inclure des pizzas de toutes origines », souligne Lisa Powell, principale auteur de l’étude. Les cantines et cafétérias scolaires marquent un bon point : elles sont les seules dont les pizzas n’augmentent pas le compteur calorique. Autre bonne nouvelle : la quantité de calories apportées par une pizza a reculé.

 

Faire des pizzas saines la norme

Reste que la pizza représente 20 % de l’apport calorique quotidien. Ce facteur, cumulé à l’excès de sel et de graisses, augmente fortement le risque de diabète de type 2, d’hypertension artérielle ou d’obésité. « Etant donné que la pizza reste un plat prédominant dans le régime des enfants, nous devons faire des pizzas saines la norme », commente Lisa Powell, principal auteur de l’étude.

Les auteurs de l’étude livrent leur recette de la pizza diététique. En ôtant la viande, en choisissant une mozzarella demi-écrémée, et en se contentant de basilic, d’oignon et d’ail, la part de pizza peut représenter moins de 200 calories.
Pour des pizzas plus « gourmandes », les chercheurs suggèrent de substituer la viande par des fruits et légumes et d’opter pour de la farine complète. Un mal nécessaire pour faire comprendre aux jeunes que la pizza est un plaisir plus qu’un plat régulier. « Il y a souvent un monde entre faire ce qui est bien et faire ce qui est facile », conclut le Dr Freedhoff. « En choisissant la pizza parce que c’est possible, on normalise la culture du confort, ce qui n’est ni dans l’intérêt de nos enfants, ni dans le nôtre. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité