Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude de la Dares

Pénibilité au travail : les ouvriers non qualifiés en première ligne

Horaires décalés, travail répétitif, en France, 4 salariés sur 10 s'exposent à au moins un des facteurs de pénibilité au travail, révèle une étude de la Dares. 

Pénibilité au travail : les ouvriers non qualifiés en première ligne SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

  • Publié 11.12.2014 à 17h10
  • |
  • |
  • |
  • |


Posture pénible, bruit nocif, vibrations mécaniques, les conditions de travail difficiles sont nombreuses et prennent des formes différentes suivant les métiers. Et selon un nouveau rapport de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), quatre salariés sur dix s'exposent à au moins 3 des 10 facteurs de pénibilité au travail définis par la loi du 20 janvier 2014 dans le cadre de réforme des retraites. Les secteurs ouvriers et de l’intérim sont les plus touchés.

Un quart des ouvriers cumulent les trois facteurs

Les trois facteurs de pénibilité en question comprennent les « contraintes physiques marquées », le « travail en environnement agressif » et « les rytmes de travail contraints ». Selon l'étude, 70 % des ouvriers s’exposent au moins à l'une de ces catégories, contre 12 % dans les professions cadres ou intellectuelles. Les employés de commerce connaissent également bien ces problèmes (48 %). Par ailleurs, plus d’un quart des ouvriers cumulent au moins trois expositions à un facteur de pénibilité.

Travail en environnement agressif

 « Les contraintes physiques marquées » arrivent en tête de liste des facteurs. Ils font notamment référence à des postures pénibles ou douleureuses et des ports de charges lourdes. Là encore, les ouvriers enregistrent le plus haut taux d’exposition (43 %). La catégorie "travail en environnement agressif", comprend notamment le bruit nocif et l’exposition aux produits chimiques. Des conditions souvent rencontrées par les aides soignants (26 %), les agents de services hospitaliers (36 %), les aides à domicile et aides ménagères (27 %) ainsi que les coiffeurs et esthéticiens (56 %).
Enfin, "le rythme de travail contraints" se réfère aux horaires nocturnes ou décalés ainsi qu'au travail répétitif. Des critères qui concernent 34 % des ouvriers non qualifiés (jeunes itérimaires), contre environ 25 % des ouvriers qualifiés et des employés de commerce et de services.

Pas de compte prévention pénibilité

Concernant la perception que les salariés se font de leur santé, l'étude de la Dares enregistre toutefois peu de différences entre les salariés fortement exposés aux facteurs de pénibilté et les autres. En effet, selon l’étude, « 19 % des salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité déclarent un état de santé altéré contre 16 % des salariés non exposés ».
Des critères qui pourraient s’expliquer par le recrutement de salariés en bonne santé. En effet, ces emplois requièrent une certaine solidité, si bien que les personnes à la santé fragile ne sont pas forcément à même d’occuper ce type de postes.
 
Par ailleurs, les ouvriers non qualifiés sont de jeunes apprentis et tendent donc à rétablir l'équilibre. Malgré le cumul d’exposition à ces différents facteurs de pénibilité, la Dares précise que les salariés concernés ne pourront pas bénéficier de points sur le compte prévention pénibilité qui entrera en vigueur dès janvier 2015.
Ce dispositif instauré par le gouvernement permettra d’ajouter un point ou deux sur le compte, en fonction du nombre de facteurs auxquels ils sont exposés. Ces points peuvent se convertir en heures de formation, en passage à temps partiel en fin de carrière avec maintien de rémunération ou en trimestres de retraite. Cependant, la Dares précise que les facteurs énoncés dans l’étude ne sont pas les mêmes que ceux définis par le gouvernement, car les chiffres « ne permettent pas de quantifier précisément les populations concernées».



 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité