Publicité

QUESTION D'ACTU

Initiative du gouvernement britannique

Obésité : des incitations financières pour perdre du poids

La sécurité sociale britannique met en place un système d’incitation financière pour faire maigrir ses assurés. Pour l’endocrinologue Jean-Michel Borys, la mesure sera inefficace.

Obésité : des incitations financières pour perdre du poids Au Royameu-Uni, deux tiers des personnes sont en surpoids ou obèses - © LASKI/EAST NEWS/SIPA

  • Publié 27.10.2014 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Payer pour faire maigrir les gens, telle est la nouvelle mesure mise en place par le NHS, le système de santé public du Royaume-Uni. Ce nouveau plan du gouvernement pour lutter contre l’obésité consiste donc à verser de l’argent (ou des bons d’achat) aux personnes qui perdent des kilos, même si ni les montants ni les kilos à perdre n’ont pas encore été précisés, révèle le Daily Mail.

L’objectif est de lutter contre le fléau du surpoids et de l’obésité qui touche de plein fouet les îles britanniques : au Royaume-Uni deux tiers des adultes sont cliniquement en surpoids ou obèses, et le NHS a dépensé, en 2013, cinq milliards de livres (6,3 milliards d’euros) pour traiter des maladies liées à l’obésité.

Les entreprises devraient recevoir de leur côté des réductions fiscales si elles mettent en place des programmes pour faire maigrir leurs employés.

« Ce n'est pas la stratégie la plus pertinente »

Séduisante sur le papier, reste à savoir si cette mesure fonctionne vraiment. Le docteur Jean-Michel Borys est plus que sceptique : il ne pense pas que l’incitation financière soit un vrai moteur pour améliorer la santé des gens.

Ecoutez le Dr Jean-Michel Borys, endocrinologue et diabétologue : « En terme de prévention, l’objectif est de mettre en place quelque chose de durable : éviter de prendre du poids, d’être obèse, et d’avoir du diabète. Pour cela, l’incitation financière n’est pas très efficace. Par contre  pour arrêter de fumer par-exemple, c’est un argument qui peut fonctionner. »



Il précise que « ce n’est pas très difficile de perdre du poids si l’on y met les moyens ; en deux-trois mois on y arrive. Le problème c’est que le corps a un [fonctionnement] l'obligeant à retrouver son poids maximum... Donc sur la durée c’est quasiment impossible de maintenir une importante perte de poids, à moins d’utiliser la chirurgie ».

L’incitation financière existe déjà en France

Mais ce n’est pas la seule mesure d’incitation financière que le Royaume-Uni a annoncé cette semaine. Le NHS prévoit également de verser une prime aux médecins généralistes de 55 livres, soit environ 70 euros, pour chaque diagnostic de démence. De nombreux médecins se sont exprimés dans la presse britannique pour s’opposer à cette mesure qu’ils jugent contraire à l’éthique de leur profession.

Pourtant, en la matière, Jean-Michel Borys estime que ce genre de mesures peut être efficaces. S’il n’existe pas de prime au diagnostic en France, la rémunération des médecins généralistes en fonction de l’atteinte des objectifs de santé publique, a été mise en place il y a deux ans, pour inciter à une meilleure prise en charge.

Ecoutez le Dr Jean-Michel Borys : « Les rémunérations sur objectif de santé publique, ça marche : les médecins engagés dans ce programme ont un taux de dépistage et de prise en charge beaucoup plus important qu’auparavant ». 



Comment fonctionne ce système ? Aujourd'hui, les médecins qui ont adhéré au dispositif appellé la "rémunération sur objectifs de santé publique" ont une partie de leur rémunération qui augmente chaque année. A condition de remplir ces fameux objectifs qui concernent la réduction des prescriptions d’antibiotiques ou d’arrêts de travail, la prescription de médicaments génériques ou encore la réalisation de vaccins saisonniers. En 2013, cette "prime à la performance a  atteint en moyenne 5000 euros par an.

Le levier financier n'est donc pas inefficace. Mais il doit être manié avec précaution. Et ce genre d'initiative ne peut en tout cas pas être mis en place dans tous les domaines de la santé. Au Royaume-Uni encore, où la pratique d’incitation financière semble être une tendance de fonds, la NHS avait imaginé en 2011 qu’elle paierait les funérailles des personnes qui donnaient leurs organes. Devant le tollé provoqué par cette proposition, la mesure n’a finalement pas été mise en place.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité