Publicité

QUESTION D'ACTU

126 espèces

Décryptage du génome : pourquoi nous aimons autant le café

Une vaste étude internationale vient de procéder à un décryptage du génome du café, le robusta. Les scientifiques y voient l'occasion de produire plus de variétés et de les rendre plus résistantes aux parasites. 

Décryptage du génome : pourquoi nous aimons autant le café RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 07.09.2014 à 18h01
  • |
  • |
  • |
  • |


Mocha, capuccino, expresso, court, allongé…le café existe sous diverses formes à travers le monde. Chaque pays se l’est réapproprié pour en faire un genre unique. Mais si cette boisson est aussi populaire, c’est parce que ses arômes et ses composants sont très riches. Ce breuvage aux multiples vertus est même composé d'un ensemble génétique, de 126 espèces différentes. Des scientifiques ont décrypté l’un de ses génomes pour la première fois. Leurs travaux sont publiés dans la revue Science.

Plus de variétés
Philippe Lashermes, directeur de recherche à l'Institut français de recherche pour le développement (IRD), a procédé, avec d’autres confrères à l’étranger, au décryptage génétique du robusta, connu aussi sur le nom de Coffea anaphora.. Ce génome, qui possède plus de 25 000 gènes différents, a été choisi pour sa taille moyenne et parce qu’il contient des homozygotes, deux jeux identiques provenant de 11 paires de chromosomes.
L’un des objectifs de cette étude est de déterminer pourquoi nos papilles gustatives sont aussi sensibles aux arômes du café.
« En analysant le génome du caféier et les gènes spécifiques à la fève, nous avons pu déterminer ce qui fait que le café est spécial. Ce séquençage va permettre de mieux exploiter la grande diversité génétique du caféier et de développer ainsi des variétés correspondant davantage aux demandes des consommateurs », explique Philippe Lashermes.

Lutter contre les parasites
La qualité des fèves de café pourra ainsi être améliorée. Ces nouvelles variétés pourront aussi résister à des parasites responsables des maladies des caféiers. C’est le cas de la rouille orangée provoquée par un champignon. Ce parasite dévaste les plantations en Amérique centrale, région où une épidémie de rouille orangée sévit depuis 2012.

Selon les chercheurs, le séquençage du génome du café permettra aussi une meilleure connaissance des fonctions précises des gènes spécifiques aux caféiers et de mieux comprendre le fonctionnement de la plante.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité