Publicité

QUESTION D'ACTU

Communiqué des Nations Unies

Ebola : la chauve-souris soupçonnée d'être l'espèce-réservoir du virus

La FAO est à pied d’œuvre en Afrique de l'Ouest pour empêcher la transmission du virus Ebola à l'homme. A ce titre, elle rappelle que la chauve-souris serait l'espèce-réservoir la plus probable du virus.

Ebola : la chauve-souris soupçonnée d'être l'espèce-réservoir du virus Luke Marsden/Newspix / /REX/SIPA

  • Publié 25.07.2014 à 12h24
  • |
  • |
  • |
  • |


Le danger des chauve-souris frugivores dans l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest refait surface. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est en effet à pied d’œuvre en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone pour empêcher la transmission du virus mortel à l'homme. A ce titre, elle rappelle que les chauves-souris frugivores – généralement consommées séchées ou dans une soupe épicée – seraient l'espèce-réservoir la plus probable du virus.

Ne pas toucher les animaux morts 

« Il faut intensifier les efforts pour faire prendre conscience aux communautés rurales d'Afrique de l'Ouest des risques qu'elles courent de contracter le virus Ebola en consommant certaines espèces de la faune sauvage, notamment les chauve-souris frugivores », a mis en garde la FAO il y a quelques jours. « Nous ne suggérons aucunement que les populations arrêtent la chasse, ce qui ne serait pas réaliste », a déclaré le vétérinaire en chef à la FAO, Juan Lubroth. « Mais elles ont besoin de directives claires, comme ne pas toucher les animaux morts ou vendre ou manger la chair d'animaux trouvés morts. Elles devraient aussi éviter de chasser les animaux malades ou ayant un comportement étrange, car c'est là un signal d'alarme », a-t-il poursuivi.

Le plan d'action de la FAO
Par ailleurs, la FAO a déjà mobilisé des ressources et travaille avec les gouvernements, les bureaux des pays de l'OMS et d'autres partenaires en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone afin d'améliorer l'information sur le virus au niveau communautaire, en se servant de réseaux existants tels que les radios rurales et les services de vulgarisation agricole.
L'Organisation travaille également avec les gouvernements pour mettre en place des systèmes de surveillance de la faune sauvage et favoriser ainsi la détection précoce du virus, en collaborant avec les gardes forestiers, les vétérinaires et les universités locales.
« Les communautés rurales ont un rôle important à jouer en signalant une mortalité inhabituelle de la population animale ; d'où leur collaboration cruciale », a souligné Katinka de Balogh, spécialiste de santé publique vétérinaire à la FAO et coordonnatrice Ebola.
Enfin, la FAO a indiqué qu'elle évaluera l'importance de la chasse dans les moyens d'existence des populations, afin d'identifier des alternatives plus saines et plus durables de production animale à long terme, à même de fournir des compléments de protéines et de revenus.

Plus d'un malade d'Ebola sur deux décède 
Pour rappel, la fièvre hémorragique virale (FHV) à virus Ebola poursuit sa mortelle progression en Afrique de l’Ouest. Dans son point du 23 juillet, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique en effet qu'il s’agit de « la plus importante épidémie liée au virus Ebola en termes de nombre de foyers actifs et de nombre de cas et de décès rapportés. » Plus précisément, celle-ci se concentre sur trois pays d'Afrique de l'Ouest (Guinée, Sierra Leone, Libéria) qui paient un lourd tribut face au virus. En chiffres, ce sont 1 048 cas et 632 décès qui ont été rapportés à l'OMS à l'heure actuelle.
De plus, le taux de létalité observé inquiète les médecins sur place. 
Ce dernier atteint il est vrai les 60,3 %. Ce qui signifie que plus d'un malade sur deux décède lorsqu'il contracte cette fièvre hémorragique. En détail, c'est la Guinée qui est le pays le plus touché. Suivie par la Sierra Leone et le Libéria.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité