Publicité

QUESTION D'ACTU

En direct de l’ADA 2014

Diabète de type 2 : l’obésité n’est pas seule en cause

Le diabète de type 2 est en pleine expansion dans le monde entier. Sur le banc des accusés, l’obésité. Mais la réalité est bien plus subtile et il ne faut pas être fataliste.

Diabète de type 2 : l’obésité n’est pas seule en cause L'obésité n'est que l'arbre qui cache la forêt (DESRUS Benedicte/SIPAUSA/SIPA)

  • Publié 17.06.2014 à 10h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Plus de 3 millions de diabétiques en France et toujours plus chaque année. Obésité, mode de vie occidental sont les coupables tous désignés… mais aussi deux arbres qui cachent la forêt. C’est certes « une maladie de la civilisation » mais la situation est bien plus complexe, comme l’explique à pourquoidocteur le Pr Serge Halimi, professeur de nutrition et endocrinologie au CHU de Grenoble (Isère).

 

Un rajeunissement très relatif

Les chiffres du diabète sont impressionnants. Entre 2000 et 2011, en France, le diabète a progressé chaque année de 5 %. Dans l’immense majorité des cas (90 %), il s’agit de diabètes de type 2. Aux Etats-Unis, les données livrées ce 10 juin par les centres de contrôle des maladies (CDC d’Atlanta) indiquent 29 millions de diabétiques, dont 200 000 mineurs. Dans le monde entier, le constat est le même : le nombre de cas explose. Et les publics concernés sont de plus en plus jeunes : dans les pays émergents, le diabète de type 2 se déclare en moyenne 10 ans plus tôt que dans les pays développés. Mais ce rajeunissement reste très relatif, souligne le Pr Halimi : « On est loin de l’explosion qu’on avait annoncé. »

 

Pr Serge Halimi, professeur de nutrition et endocrinologie au CHU de Grenoble : « En progression, c’est important, mais en chiffres absolus cela reste faible. Mais ces populations sont très défavorisées, où le diagnostic n’est pas posé. »

 

Un mélange de comportements et de gènes

Chez ces jeunes, le mode de vie est le principal responsable. Mais dans la population générale comme chez les plus jeunes, ce n’est qu’une des explications possibles. « Il faut lutter contre l’idée que c’est une maladie méritée, et plutôt insister sur le fait que le risque de devenir diabétique peut-être réduit », martèle le Pr Halimi. Il ne faut pas non plus ignorer les facteurs génétiques qui favorisent l’apparition d’un diabète de type 2. Il n’y a qu’à observer certaines populations pour s’en rendre compte : aux Etats-Unis, les minorités afro-américaines, hispaniques ou natives comptent deux fois plus de diabétiques de type 2 que les caucasiens, davantage concernés par le diabète de type 1. En fait, l’obésité a bon dos, comme l’explique le Pr Halimi.

 

Pr Serge Halimi : « Dans nos pays, ce qu’on appelle obésité n’est jamais que la partie visible. Il est plus facile de mesurer l’IMC que le degré d’activité physique. »

 

Une prévention à la traîne

Dans une étude présentée au congrès de l’American Diabetes Association (ADA, 13 au 17 juin, San Francisco), le Dr Linda Geiss, des CDC américains, relativise aussi cette « explosion. » S’il y a plus de plus en plus de diabétiques, c’est aussi parce que les patients sont mieux diagnostiqués : les critères de diagnostic ont évolué, les facteurs environnementaux, comportementaux et familiaux sont davantage pris en compte. Sans oublier que les malades sont aussi de mieux en mieux soignés… et survivent donc plus longtemps.

Dans tous les cas, la prévention contre le diabète de type 2 semble être la meilleure arme. Encore faut-il s’en donner les moyens, déplore le Pr Halimi.

 

Pr Serge Halimi : « C’est très compliqué et très coûteux d’organiser des grandes campagnes de sensibilisation, mais on arriverait à stopper l’épidémie. »

 

Le diabète de type 1 frappe de plus en plus les enfants

Dans le monde, le diabète de type 1 explose aussi, sans qu’on en connaisse la cause. A Philadelphie par exemple, le nombre de nouveaux cas a fortement augmenté chez les enfants de 0 à 14 ans. En 2004, le diabète de type 1 comptait 4 fois plus de cas que le type 2, a affirmé Terri Lipman au congrès de l’ADA. Là encore, tous les enfants ne sont pas exposés au même risque. C’est chez les jeunes enfants (5-9 ans) que l’incidence de la maladie progresse le plus.

A l’inverse du diabète de type 2, c’est chez les enfants caucasiens et les garçons que le diabète de type 1 a le plus augmenté. D’ailleurs, le risque est triplé au sein de la population blanche américaine par rapport aux hispaniques et aux afro-américains

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité