Publicité

QUESTION D'ACTU

324 000 porteurs dans le monde

Implants cochléaires : les enfants 5 fois plus à risque de retards cognitifs

Alors que la majorité des porteurs d'implants cochléaires sont des enfants, une étude révèle qu'ils seraient 2 à 5 fois plus à risque de souffrir de déficits de la fonction exécutive. 

Implants cochléaires : les enfants 5 fois plus à risque de retards cognitifs  SERGE POUZET/SIPA

  • Publié 26.05.2014 à 13h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Les implants cochléaires sont des dispositifs qui permettent aux sourds de ne plus être condamnés à une vie de silence. Cependant,  pour les près de 324 000 personnes ayant reçu ce type d’implants dans le monde en 2012, la pose de ce dispositif ne règle pas l'ensemble des questions liées à leur déficience. En effet, ceux atteints de surdité profonde et porteurs d’un implant cochléaire aurait un risque beaucoup plus important d'avoir des retards dans différents domaines comme la mémoire de travail, le contrôle de l’attention ou encore de la planification par rapport aux enfants ayant une audition normale. C’est ce que vient de révéler une étude de l'Université de l'Indiana publiée dans le Journal de l'American Medical Association Otolaryngology - Head and Neck Surgery.

2 à 5 fois plus de risque de retard chez les enfants implantés
Pour mener à bien leurs travaux, ces chercheurs ont donc comparé 73 enfants implantés avant l’âge de 7 ans à 78 autres n’ayant aucun problème d’audition. « Dans cette étude, environ un tiers, voire la moitié, des enfants ayant des implants cochléaires ont été jugés à risque d’avoir un retard dans certaines fonctions exécutives demandées par les parents tels que la formation de concepts, la mémoire, le contrôle de l’attention et la planification, précise le Dr Kronenberger, auteur de l’étude. Ce taux était 2 à 5 fois supérieur à celui observé chez les enfants normo-entendants ». 

Pour les auteurs de l'étude,  aucun expert dans le domaine des implants cochléaires ne s’était encore penché sur ces questions. Tous étant plutôt focalisés sur les progrès de ces enfants en matière d’audition.

Faut-il implanter les enfants plus tôt ?
L’une des solutions avancées par des spécialistes pour combler ces éventuels déficits pourrait être la poser d'implants cochléaires chez des enfants encore plus jeunes. Cette démarche a déjà été entreprise conduisant, d'ailleurs, à une amélioration significative des résultats notamment sur le langage et la compréhension.

Il serait possible que cela contribue aussi à diminuer les déficits concernant les fonctions exécutives. Pour preuve, dans cette étude, les enfants qui avaient été implantés à un âge moyen de 18 mois ont eu moins de retards dans les fonctions exécutives que ceux qui avaient été équipés 10 mois plus tard. Mais quel que soient les résultats, l’intérêt des implants cochléaires reste incontestable.

Mieux dépister les enfants à risque de retard
D’après ces résultats, la moitié ou plus des enfants avec des implants cochléaires n'avaient par ailleurs pas d'importants retards dans le fonctionnement exécutif. Le problème est qu’il est pour le moment difficile de savoir lesquels sont les plus à risque et méritent d’être dépistés et aidés. « Jusqu'à présent, la plupart des interventions pour aider ces enfants consiste à porter une attention à l’apprentissage du langage. Nos résultats montrent la nécessité d'identifier et d'aider aussi certains enfants dans certains domaines du fonctionnement exécutif » concluent les auteurs. 

Cette équipe poursuit dont actuellement ses travaux à la recherche désormais de marqueurs permettant d’identifier le plus tôt possible les enfants candidats à une implantation les plus à risque de souffrir de ce type de retard.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité