Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude européenne

Le cancer tue de moins en moins, sauf celui du pancréas

41 300 hommes et 41 000 femmes mourront d'un cancer du pancréas en Europe en 2014. Mis à part le cancer du poumon féminin, c’est le seul cancer où la mortalité augmentera. 

Le cancer tue de moins en moins, sauf celui du pancréas Gerry Broome/AP/SIPA

  • Publié 24.04.2014 à 19h16
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cancer du pancréas pourrait bien être le seul cancer pour lequel le nombre de décès devrait augmenter en 2014 chez les hommes comme chez les femmes. C’est en tout cas la prédiction inquiétante que vient de dévoiler une étude publiée dans la principale revue de cancérologie, Annals of Oncology. Alors que cette vaste analyse réalisée par des chercheurs italiens et suisses montre que la proportion de décès imputables à n’importe quel autre cancer pour les deux sexes devrait globalement baisser pour l’année 2014, le cancer du pancréas reste la seule maladie où les progrès de la médecine ne parviennent pas à inverser la courbe.    

 

Une incidence qui augmente et peu de survivants

« Nos prévisions pour 2014 confirment que les taux de mortalité du pancréas continuent d'augmenter dans l'ensemble, a déclaré le Pr Carlo La Vecchia, l’un des auteurs de l’étude. Cette année, nous prévoyons que 41 300 hommes et 41 000 femmes mourront d'un cancer du pancréas (…) ce qui représente une augmentation modeste mais régulière depuis le début de ce siècle ». Pour expliquer ce triste constat, ces scientifiques rappellent que face à une tumeur pancréatique, le pronostic actuel demeure sombre. En effet, moins de 5% des patients atteints par cette maladie survivent 5 ans après le diagnostic. Ainsi, étant donné le faible nombre de survivants, cette augmentation régulière du nombre de décès année après année serait donc liée à la hausse de l’incidence de cette pathologie.

 

Miser sur la prévention faute de traitement

« À ce jour, nous ne disposons pas de traitement prometteur pour le cancer du pancréas. La prévention reste donc la seule possibilité. Nous devons intensifier la lutte contre le tabagisme en premier lieu, ainsi que le contrôle de la surcharge pondérale et le diabète, » précise le Pr La Vecchia. Cependant, cette équipe explique également qu’il reste primordial de découvrir d’autres facteurs qui pourraient causer le cancer du pancréas. En effet à ce jour, les recherches montrent que le tabac par exemple n’est responsable que de moins d’un tiers des cas de cancers du pancréas et toutes les autres causes identifiées pour le moment, ne représentent que 10% des patients.

 

La mortalité par cancer est néanmoins en baisse  

Malgré les résultats alarmants concernant le pronostic du cancer du pancréas en 2014, cette vaste étude européenne révèle toutefois des résultants plus encourageants concernant la mortalité par cancer en général. Bien que 742 500 hommes et 581 100 femmes mourront d'un cancer en 2014 dans les 27 pays de l'Union européenne, ce bilan représente bel et bien une progression. Depuis 2009, le taux de mortalité par cancer aurait ainsi baissé de 7% chez les hommes et de 5 % chez les femmes. « Nos prévisions pour 2014 confirment les tendances globalement favorables pour la mortalité par cancer dans l'Union européenne. Ils se traduisent par une baisse globale des décès de 26 % chez les hommes, depuis le pic de décès par cancer en 1988, et une baisse de 20 % chez les femmes, » ajoutent les auteurs. Par conséquent, en prenant en compte l’augmentation du vieillissement de la population, en 2014 plus de 250 000 décès par cancer auront été évités grâce au dépistage plus précoce et aux nombreux progrès thérapeutiques selon ces chercheurs.


Cancer du poumon : les femmes trinquent
Seule ombre au tableau, la mortalité des femmes par cancer du poumon reste inquiétante en 2014. Alors que chez les hommes, les taux de mortalité pour les trois principaux cancers (poumon, côlon et prostate) ont baissé respectivement de 8%, 4 % et 10 % depuis 2009, la situation chez les femmes est moins réjouissante. Bien que les taux de mortalité pour le cancer du sein et le cancer colorectal soient en baisse, le taux de mortalité par cancer du poumon lui, augmentera de 8%. « Le cancer du poumon chez les hommes a atteint un sommet à la fin des années 1980 et diminue depuis. A l’inverse, les taux de cancer du poumon ne cessent d'augmenter chez les femmes. Les générations de femmes qui ont commencé à fumer dans les années 60/70 commencent à développer un cancer du poumon et ce sera clairement la 1ère cause de décès chez les Européennes dans les prochaines années, dépassant le cancer du sein, » conclut le Pr La Vecchia.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité