Publicité

QUESTION D'ACTU

Un taux de létalité pouvant atteindre 90%

Ebola : portrait du virus le plus dangereux du monde

Le virus Ebola a fait depuis 1976 plus de 1590 victimes, principalement en République démocratique du Congo. Modes de transmission, symptômes et  traitements, portrait d'un serial killer.

Ebola : portrait du virus le plus dangereux du monde Kjell Gunnar Beraas/AP/SIPA

  • Publié 20.04.2014 à 17h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Depuis plusieurs mois, le virus Ebola fait rage, principalement en Guinée, un pays d’Afrique de l’Ouest. Selon les ONG, il aurait fait au moins 110 victimes, la première remontant à décembre 2013, un enfant de deux ans, décédé à Meliandou, dans la préfecture de Guéckédou. Décryptage d’un des virus les plus dangereux au monde.

Origine du nom

Comme le rappelle l’OMS sur son site officiel, le virus Ebola est apparu pour la première fois en 1976, de façon simultanée à Nzara au Soudan et à Yambuku, en République démocratique du Congo. Le nom de la maladie provient de la rivière Ebola, située tout près de Yambuku.

Caractéristiques


On enregistre au cours des flambées de la maladie à virus Ebola - qui ont lieu principalement dans les villages isolés d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest - un taux de létalité pouvant atteindre 90%. Le virus est caractérisé par la violence de son action, le décès intervenant 6 à 16 jours après les premiers symptômes.

Selon les chiffres de l’OMS, depuis 1976, le virus Ebola a fait 1590 victimes, principalement en République Démocratique du Congo (765 victimes), loin devant l’Ouganda (283 décès), le Soudan (180) ou le Congo (211). L’espèce RESTV (pour Ebola Reston), que l’on trouve aux Philippines et en République populaire de Chine, peut infecter l’homme, mais on n’a jamais signalé jusqu’à présent de cas de maladies ou de décès qui lui soient dus.

Mode de transmission

Il se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages, plus probablement les chauves-souris, avant de se propager par transmission interhumaine. Le sang, la sueur, le sperme, les sécrétions sont facteurs de transmission du virus. Des agents de santé se font souvent infecter en traitant des cas suspects ou confirmés de maladie à virus Ebola, lorsque les précautions anti-infectieuses ne sont pas strictement appliquées. C’est le cas pour la flambée de virus Ebola qui a lieu depuis quelques mois en Guinée : une étude parue dans le New England Journal of Medecine a permis de découvrir que le principal vecteur de contamination était un professionnel de santé.

Symptômes

La maladie à virus Ebola est une virose aiguë sévère se caractérisant par une apparition brutale de fièvre, une faiblesse intense, des myalgies, des céphalées et une irritation de la gorge, rappelle l’OMS. Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhée, d’une éruption cutanée, ainsi que des hémorragies externes et internes. La progression de la maladie entraîne généralement la désagrégation des organes vitaux, en particulier les reins et le foie. La mort survient, peu de temps après, par choc cardio-respiratoire.

Aucun traitement n’existe

Il n’existe pas de vaccin homologué contre la maladie à virus Ebola. Plusieurs vaccins en sont au stade des essais, mais aucun n’est disponible pour un usage clinique. De même, il n’existe pas de traitement spécifique.

Source: Organisation mondiale de la santé

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité