Publicité

QUESTION D'ACTU

Chez les enfants

Une prédisposition à l’obésité à l’origine d’une faible activité physique

L’inactivité n’est pas toujours responsable du surpoids des enfants. C’est même le contraire chez ceux porteurs d’une mutation qui les prédispose à l’obésité, selon une étude.

Une prédisposition à l’obésité à l’origine d’une faible activité physique DESRUS BENEDICTE/SIPA

  • Publié 19.03.2014 à 15h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Et s’il fallait cesser de blâmer le manque d’activité physique des enfants obèses ? La logique dicterait qu’elle soit à l’origine du surpoids. Mais une étude, parue ce 18 mars dans PLOS Medicine, décrit une situation plus compliquée. Menée par une équipe de l’université de Bristol (Royaume-Uni), elle signale qu’une masse grasse élevée peut entraîner un manque d’activité physique quotidienne.

 

Depuis plusieurs années, des études mettent en évidence un lien entre activité physique de faible niveau et IMC élevé chez les enfants. Jusqu’alors, aucune n’a pu déterminer dans quel sens ce lien s’établit. Les chercheurs de l’université de Bristol ont analysé un panel d’enfants pour répondre à cette question. Ils ont mesuré leur IMC et leur masse grasse, analysé leur profil génétique et leur niveau d’activité physique. Leur objectif : savoir si une prédisposition génétique à l’obésité peut faire d’un enfant le « roi du canapé ». Car, s’il n’existe aucun gène connu qui favorise l’inactivité, plusieurs ont été associés à un risque accru de surpoids.

 

Parmi les enfants souffrant de problèmes de poids, certains ont porté un outil qui mesurait leur activité quotidienne. Ceux qui portaient un gène les prédisposant au surpoids, dans de nombreux cas, avaient une propension à moins bouger. Pour chaque tranche supplémentaire de 3 kg/m2, l’activité physique diminuait de 3 minutes par jour. Cela entraîne un « effet boule de neige » : la prédisposition à l'obésité entraîne l’inactivité qui provoque elle-même une prise de poids supplémentaire. Les enfants en surpoids mais sans mutation génétique présentaient des niveaux d'activité plus élevés, même s'ils restaient faibles. Pour résoudre ce problème, estiment les chercheurs, il faut davantage promouvoir la perte de masse grasse, afin de faire repartir à la hausse l’activité physique. Ce qui ne signifie pas qu'il faut relâcher les efforts en matière de sport. 70% du risque individuel d'obésité s'expliquerait par les gènes... mais une bonne partie de ce risque peut être limitée par une hygiène de vie saine.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité