Publicité

QUESTION D'ACTU

Alerte au Royaume-Uni

Le millepertuis réduit l’efficacité de certains contraceptifs

La plante médicinale connue sous le nom de millepertuis interagit avec certaines formes de contraception, alerte l'Agence du médicament britannique. La  France a déjà émis une mise en garde.

Le millepertuis réduit l’efficacité de certains contraceptifs Mujo Korach / Rex Featu/REX/SIPA

  • Publié 18.03.2014 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le millepertuis, à l’origine de grossesses non désirées ? L’Agence britannique de régulation des médicaments (Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency, MHRA) alerte sur ce risque, dans une mise à jour, sur l’interaction possible entre cette plante médicinale et certains contraceptifs.

 

Le millepertuis utilisé dans l’anxiété modérée

Le millepertuis peut diminuer l’efficacité des contraceptifs hormonaux à base de progestérone (oraux et implantés), selon la MHRA. Les pilules combinées (progestérone et une autre hormone) et les implants à base d'étonogestrel sont également concernés.
Le millepertuis est une plante médicinale, aussi connue sous le nom d’« herbe de Saint Jean », utilisée en phytothérapie pour lutter contre un état dépressif léger ou une anxiété modérée. Les femmes qui la consomment alors qu’elles sont sous contraception hormonale risquent donc de tomber enceinte. Aucun signalement n’a en revanche été relevé concernant les dispositifs intra-utérins. L’Agence souligne que 19 interactions suspectes ont été signalées depuis 2000. Parmi elles, 15 ont entraîné une grossesse non désirée et 4 des règles irrégulières.

« Il existe des avertissements au sujet de ces interactions et de leurs conséquences dans les notices fournies avec tous les contraceptifs et les produits autorisés au millepertuis », souligne la MHRA. Elle signale tout de même le cas particulier des produits commandés en ligne : ce n’est pas parce que les notices n’avertissent pas sur le risque d’interaction que celui-ci n’existe pas.

 

Pas d'arrêt brutal en cas de traitement

En 2000 déjà, l’Agence française de sécurité du médicament (ANSM) a émis une mise en garde contre les interactions médicamenteuses. Plusieurs articles scientifiques signalaient des interactions avec des médicaments à l’efficacité particulièrement sensible : la digoxine (insuffisance cardiaque, fibrillation auriculaire), la théophylline (asthme, BPCO), les anti-vitamines K (prévention de la thrombose ou l’embolie systémique), la ciclosporine (immunosuppresseur) et les contraceptifs.

L’interaction entre le millepertuis et ces médicaments entraîne une diminution de leur concentration dans le sang. Pour autant, l’ANSM conseille un arrêt du traitement, mais pas brutalement  : cela risquerait d’augmenter d'un coup les concentrations plasmiques des médicaments, ce qui pourrait être dangereux. « En l’état actuel des connaissances, » concluait l’ANSM, « une diminution de l’effet thérapeutique d’autres médicaments associés au millepertuis ne peut pas être exclue. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité