Publicité

QUESTION D'ACTU

Une étude parue dans Plos One

Le bisphénol A suspecté dans le cancer de la prostate

Le taux de bisphénol A contenu dans l'urine des hommes pourrait être un marqueur du cancer de la prostate chez les patients de moins de 65 ans selon une étude américaine.  

Le bisphénol A suspecté dans le cancer de la prostate DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 04.03.2014 à 12h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Déjà suspectée d’affecter le développement cérébral du foetus et des nouveau-nés ou mais de favoriser l’infertilité, le bisphénol A (BPA) pourrait également jouer un rôle dans le développement de certains cancers. En effet, selon une petite étude américaine publiée dans la revue Plos One, ce perturbateur endocrinien présent dans des milliers de produits du quotidien comme les tickets de caisse imprimés sur papier thermique ou les conserves, pourrait bien avoir un lien avec le cancer de la prostate.

 

Un taux de BPA plus élevé chez les patients cancéreux

« En tant que perturbateur endocrinien qui imite l'oestrogène et les hormones thyroïdiennes, le BPA agit également comme un perturbateur métabolique et immunitaire, a déclaré le Pr Shuk-mei Ho, principal auteur de cette étude. Les effets du BPA sur la santé sont vastes, et des études sur les animaux l’ont déjà prouvé ». 
Ainsi, pour mener à bien leurs travaux, ces chercheurs de l'université de Cincinnati ont étudié les concentrations urinaires en bisphénol A de 60 patients consultant au service d'urologie du centre médical de l'université de Cincinnati. Parmi ces volontaires, 27 d’entre eux étaient déjà diagnostiqués avec un cancer de la prostate et 33 en étaient exempts. Résultat, des niveaux plus élevés de concentration en BPA ont été retrouvés chez les patients atteints par un cancer de la prostate par rapport aux patients non cancéreux (5,74 pg/g de créatine par rapport à 1,43 pg/ g de créatine), et la différence était encore plus importante et significative chez les patients de moins de 65 ans (8,1 pg/g de créatine contre 0,9 pg/g de créatine).

 

L’impact du BPA analysé in-vitro 
En outre, ces chercheurs ont également examiné in vitro l’impact de l’exposition au BPA sur des cellules normales et cancéreuses de la prostate en utilisant l’immunofluorescence. « L'exposition à de faibles doses de BPA a augmenté le pourcentage de cellules avec une amplification du centrosome de 2 à 8 fois, a précisé le Pr Ho.
Plusieurs études ont montré que l'amplification du centrosome est un facteur majeur contribuant à une mutation chromosomique dans les tumeurs humaines ». Un centrosome est requis pour la division cellulaire. Des anomalies de cet organite sont fréquemment observées dans les cancers.
Selon cette équipe américaine, ces résultats témoignent donc de la présence d’un lien jusque là inconnu entre BPA et cancer de la prostate, et suggèrent un rôle potentiel de ce perturbateur endocrinien dans la carcinogenèse. « Grâce à cette étude, nous espérons approfondir les moyens de diminuer cette exposition chimique potentiellement cancérigène dans les produits du quotidien et réduire ainsi l’incidence du cancer de la prostate chez l’homme » concluent les auteurs.

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité