Publicité

QUESTION D'ACTU

Rhumatisme, sevrage tabagique...

Revue Prescrire : 68 médicaments à proscrire

La revue médicale Prescrire a primé un vaccin contre la méningite. Mais elle a surtout publié une liste de 68 médicaments à éviter en raison des risques qu'ils font courir aux patients qui les prennent.

Revue Prescrire : 68 médicaments à proscrire GILE/SIA

  • Publié 01.02.2014 à 15h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour la 6ème année consécutive, la revue médicale Prescrire n'a attribué de Pilule d'or à aucun médicament en 2013, et pour la 3ème année consécutive, n'en a inscrit aucun à son tableau d'honneur. « C'est une année de plus sans progrès important apporté par de nouveaux médicaments (...). Les véritables progrès sont ailleurs, notamment dans l'adaptation des prises en charge aux nouvelles données d'évaluation ou de pharmacovigilance. Savoir écarter les médicaments plus dangereux qu'utiles est aussi un domaine où d'importants progrès sont possibles, dans l'intérêt des patients », commente la revue. Et à ce titre, Prescrire publie aussi dans son dernier numéro une mise à jour de sa liste des "médicaments à écarter".
De 2010 à 2013, l’analyse des dossiers par Prescrire a recensé 68 médicaments plus dangereux qu’utiles commercialisés en France. Il s’agit soit de médicaments actifs, mais qui compte tenu de la situation clinique exposent à des risques disproportionnés ; soit de médicaments anciens dont l’utilisation est dépassée ; soit de médicaments récents, mais dont la balance bénéfices-risques s’avère moins favorable que celle de médicaments plus anciens ; et enfin de médicaments dont l’efficacité n’est pas prouvée, et qui exposent en plus à des effets indésirables graves. 

Douleur - Rhumatologie 
D'après les rédacteurs de Prescrire (médecins, pharmaciens, infirmiers, ou dentistes ), plusieurs médicaments autorisés dans l’ostéoporose sont à écarter car leur efficacité est au mieux modeste, alors qu’ils exposent à des effets indésirables graves. Une fois de plus, le strontium ranélate (Protelos°) est dans le viseur de la revue. Selon elle, il a une efficacité modeste en prévention des récidives de fractures vertébrales. Et cette dernière de rajouter que ses effets indésirables sont par ailleurs "disproportionnés" : des troubles neuropsychiques ; des troubles cardiovasculaires ; et des hypersensibilités.
Alors, pour cette maladie osseuse qui touche une femme sur trois après la ménopause, quand les moyens non médicamenteux et l’apport de calcium et de vitamine D sont jugés d’efficacité insuffisante, Prescrire conseille de choisir l’acide alendronique (Fosamax° ou autre), qui a une meilleure balance bénéfices-risques, malgé les limites importantes de ces médicaments.

Par ailleurs, d’autres médicaments utilisés principalement en rhumatologie sont à écarter. Prescrire cite par exemple la quinine (Hexaquine°, Okimus°, Quinine vitamine C Grand°) dans les crampes, qui expose à des effets indésirables graves, parfois mortels : des réactions anaphylactiques, des troubles hématologiques, et des troubles du rythme cardiaque, disproportionnés au regard d’une efficacité faible. Le revue avoue toutefois ne pas connaître de médicament avec une balance bénéfices-risques favorable dans les crampes. « Des étirements sont parfois utiles », indique-t-elle 

Gastro-entérologie
Pour les médicaments censés soigner les maladies de l'appareil digestif, Prescrire déconseille la dompéridone (Motilium° ou autre) et le dropéridol (Droleptan°), des neuroleptiques, qui exposent à des troubles du rythme ventriculaire et des morts subites, disproportionnés par rapport aux symptômes traités, les reflux gastro-œsophagiens (uniquement pour la dompéridone) et les nausées et vomissements. 
Dans le reflux gastro-œsophagien, par exemple, la revue rappelle que d’autres médicaments ont une balance bénéfices-risques beaucoup plus favorable, tels les anti-acides ou l’oméprazole (Mopral° ou autre).

Enfin, dans le sevrage tabagique, des médicaments autorisés par les autorités sanitaires sont à écarter, « car ils ne sont pas plus efficaces que la nicotine et exposent à plus d’effets indésirables  », estiment ces professionnels de santé. En aide médicamenteuse au sevrage tabagique, la nicotine est le choix le plus prudent, affirment-ils.
Par contre, la bupropione (Zyban°), un amphétaminique, expose, selon eux, à des troubles neuropsychiques (dont des agressivités, des dépressions, des idées suicidaires), des réactions allergiques parfois graves (dont des angiœdèmes, des syndromes de Stevens-Johnson), des dépendances, et des malformations cardiaques congénitales en cas d’exposition in utero.
Par ailleurs, ces praticiens émettent une nouvelle recommandation à l'égard de la varénicline (Champix°) qui expose à des dépressions, des suicides, des éruptions cutanées graves (dont des syndromes de Stevens-Johnson), et enfin des troubles cardiaques (dont des angors et infarctus du myocarde, des fibrillations auriculaires).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité